VIDEO – Le cri du coeur de Flavie Flament : « Donnez-nous le droit d'en pleurer toute notre vie »

Ce mercredi 18 novembre, Flavie Flament était l’invitée de 6 à la maison sur France 2. L’occasion pour l’animatrice de pousser un cri du cœur sur les violences sexuelles faites aux enfants.

Un an avant #MeToo et l’Affaire Weinstein, Flavie Flament révélait dans son livre La Consolation avoir été violée à l’âge de 13 ans par le photographe David Hamilton. Un ouvrage choc qui l’a éloignée de la plupart de ses proches, et notamment de sa mère. Pourtant, aujourd’hui, l’animatrice ne regrette rien. Invitée sur le plateau de 6 à la maison sur France 2 ce mercredi 18 novembre, elle en a profité pour se livrer à cœur ouvert sur ses blessures.

Émue, Flavie Flament s’est souvenue de la période noire qu’elle a traversée après avoir révélé son viol. “On était dans une société qui ne voulait pas entendre parler de ce genre de choses“, a-t-elle regretté, “et effectivement, la parole s’est libérée progressivement et ça c’est quelque chose d’assez fabuleux (…) mais il est important aussi de bien comprendre que ce mouvement de libération de la parole, aussi magnifique soit-il, condamne parfois les victimes à un nouveau silence“. Aujourd’hui, la réalisatrice réclame pour ces dernières “le droit d’en pleurer toute notre vie” car ce n’est pas parce qu’on a dit qu’on avait vécu ça une fois que ça n’existe plus. Le dire n’enlève pas le drame, le traumatisme.

“Donnez-nous le droit de pouvoir en pleurer toute notre vie” : le cri du coeur de Flavie Flament #6ALaMaison pic.twitter.com/s2YG0mFEkb

On a parlé du suicide de David Hamilton, on ne parle pas du suicide de toutes les victimes”

“Oui je me bats… Alors je l’ai vaincu, je ne sais pas… En tout cas, je ne suis pas morte”, avait-elle déclaré sur France 3 en 2017, et de regretter : “On a parlé du suicide de David Hamilton, on ne parle pas du suicide de toutes les victimes qui ne sont pas entendues”. Bouleversée, l’animatrice avait alors conclu sur une note pleine d’espoir : “Parler, c’est être enfin en paix avec soi-même. C’est un combat intérieur tellement épuisant que de ne pas parler, que de devoir se taire, que de protéger les autres en dépit de soi-même (…) C’est apprendre à s’aimer“.

Crédits photos : France 2

Source: Lire L’Article Complet