VIDÉO – Manuel Valls protégé : « Il y a une menace »

Invité de Touche pas à mon poste ! sur C8 ce mercredi 22 septembre, Manuel Valls a révélé être toujours protégé comme l’ensemble des anciens Premiers ministres, évoquant une « menace » qui pèse encore sur lui.

Même s’il intervient désormais régulièrement sur l’antenne de BFM TV, Manuel Valls a accepté une invitation dans une émission d’une chaîne du groupe Canal +, Touche pas à mon poste ! sur C8. Ce mercredi 22 septembre, Cyril Hanouna l’a notamment interrogé sur l’après-Matignon. Il lui a demandé s’il avait toujours des privilèges relatifs à la fonction de Premier ministre, notamment en matière de sécurité. La réponse est oui. « Dans mon cas d’espèce, quand on est Premier ministre, c’est le cas encore aujourd’hui, on reste protégé parce qu’il y a, vous le savez, une menace. Ce n’est pas très important d’en parler, mais ça reste cette réalité », a répondu Manuel Valls.

En mars dernier, l’ancien Premier ministre avait publié aux éditions Grasset, ses mémoires intitulées Pas une goutte de sang français. Une publication qui avait amorcé son retour en France après quelques années passées à Barcelone, là où il s’était réfugié après sa défaite à la primaire de la gauche. « Quand on perd ça, on perd, oui, le pouvoir et l’action que j’ai toujours aimés, mais moi j’ai connu un choc personnel, en 2017-2018, j’ai senti une forme de mort politique, quelque chose qui se brisait en moi », a confié Manuel Valls sur C8. L’ancien Premier ministre de François Hollande a alors « ressenti le besoin de partir », sans doute à cause des « coups » qu’il avait « reçus ». « Gouverner, c’est difficile, mais ça reste surtout une responsabilité incroyable de servir son pays », estime-t-il avec le recul.

2,8 millions d’euros dépensés en 2019

En 2020, Capital s’était penché sur la question de la protection des anciens Premiers ministres, en indiquant que l’année précédente, le service de protection du ministère de l’Intérieur (SDLP) veillait à la sécurité de dix des onze anciens chefs de gouvernement toujours en vie. Ils sont désormais onze à être protégés en ajoutant Édouard Philippe. Les anciens Premiers ministres bénéficient en théorie d’une protection à vie. Elle se concrétise notamment par la mise à disposition d’un véhicule de fonction avec chauffeur, mais aussi des services d’un secrétaire particulier. Ce dernier avantage est accordé pendant dix ans et jusqu’à 67 ans maximum. En 2019, selon le site spécialisé dans l’information économique, la protection de l’ensemble des anciens Premiers ministres avait coûté 2,8 millions d’euros.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Capture C8

Autour de

Source: Lire L’Article Complet