VIDEO TPMP : Jean-Michel Maire révèle avoir participé à des « parties fines » avec Dominique Strauss-Kahn

Dans Touche pas à mon poste, mercredi 9 septembre, Cyril Hanouna et ses chroniqueurs ont évoqué l’affaire DSK à l’occasion de la sortie de l’interview de Nafissatou Diallo dans Paris Match. Jean-Michel Maire a alors fait des révélations sur les soirées – des « parties fines » – qu’il a passées avec Dominique Strauss-Kahn.

Dominique Strauss-Kahn

Jean-Michel Maire

L’affaire DSK continue de faire parler. En 2011, Dominique Strass-Kahn, alors directeur général du Fonds Monétaire International (FMI), était accusé d’agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration par Nafissatou Diallo, femme de chambre du Sofitel de New York, hôtel où il séjournait. Des accusations niées DSK, placé en détention provisoire aux États-Unis avant d’être libéré, assigné à résidence dans un appartement surveillé de New York, le temps de la procédure judiciaire. L’homme, qui faisait figure de favori pour l’élection présidentielle de 2012, n’avait finalement jamais été jugé, signant un accord financier secret avec Nafissatou Diallo. Nafissatou Diallo qui, huit ans après l’affaire, a accordé une interview exclusive à Paris Match, en kiosque jeudi 10 septembre, dans laquelle elle réitère ses accusations (sans pour autant prononcer le mot « viol », tenue au secret par l’accord).

Dans Touche pas à mon poste, mercredi 9 septembre, Cyril Hanouna et ses chroniqueurs sont donc revenu sur l’affaire DSK. Ils ont notamment évoqué les nombreuses théories du complot qui circulent sur l’affaire DSK, qui a coûté sa carrière politique à Dominique Strauss-Kahn. Des théories auxquelles Jean-Michel Maire ne croit pas. Et il a une très bonne explication pour ça.

Jean-Michel Maire : « J’ai été à deux soirées avec lui »

« C’est toujours facile après d’appeler à la théorie du complot. On dit que c’est du complot, comme ça, ça dédouane complètement DSK », a-t-il commencé, avant d’ajouter : « Tous ceux qui sont un peu au courant des coulisses de la vie politique à cette époque-là savaient très bien que c’était ce qui pendait au nez de DSK. Les gens ont même dit à ce moment-là que c’était une sorte de suicide politique, c’est-à-dire qu’il ne voulait pas y aller et cette affaire-là a été une sorte d’acte inconscient pour qu’il n’y aille pas. Parce qu’à partir du moment où il aurait été à l’Élysée – il avait de grandes chances d’être élu président -, il n’aurait pas pu continuer à mener la vie qu’il adorait. J’en ai été témoin, parce que j’ai participé à une partie où DSK était là. » « Une partie de quoi ? », l’a interrogé Kelly Vedovelli. « Une partie fine », a précisé Jean-Michel Maire, pour ce qu’il n’aurait pas compris, avant d’en dire plus sur le mode de vie de Dominique Strauss-Kahn.

« Il n’avait besoin de personne pour demander aux femmes d’être proches de lui. Toutes les femmes voulaient s’approcher de lui parce qu’il avait une aura, un pouvoir. J’ai été à deux soirées avec lui dont une juste avant la présidentielle, avant que l’affaire éclate, et il savait que les paparazzi commençaient à le traquer, du coup, la soirée s’est passée sur une péniche. Parce que la péniche naviguait sur la Seine, ce qui rendait beaucoup plus difficile aux paparazzi de le suivre. Les gens pressentaient qu’il allait trébucher avant l’épreuve et qu’il a peut-être même fait exprès de trébucher. » Jean-Michel Maire, sous les yeux sidérés des chroniqueurs autour de la table, a également raconté : « Les gens que je côtoyais dans les soirées commençaient déjà à fantasmer sur le fait qu’il soit président en disant : “À l’Élysée, on va se marrer, on va organiser des parties, des soirées”, j’ose même dire le mot partouze. Les gens ne pensaient qu’à ça déjà. Donc tout ça prenait de l’ampleur. Peut-être que lui ça lui ait monté au citron… et qu’il s’est dit à un moment “Il faut que ça s’arrête”. Est-ce qu’il l’a fait consciemment ou pas, je ne sais pas. »

Source: Lire L’Article Complet