Vitaa et Gims : leur ex-manager risque la prison ferme dans une affaire d'escroquerie

Lundi 31 mai 2021, une peine de dix-huit mois de prison ferme a été requise à l’encontre de l’ancien manager de Vitaa et Gims. L’homme est soupçonné d’avoir détourné environ 300.000 euros à un label de musique.

  • Maître Gims

Une peine requise très sérieuse. Lundi 31 mai 2021, l’ex-manager de Vitaa et Gims, mais aussi le rappeur Dadju ou encore Bramsito, a dû faire face à ses responsabilités devant le tribunal correctionnel de Créteil. En effet, un an après avoir été accusé d’escroquerie au sein du label de musique Universal Music France, l’homme dont le nom n’a pas été divulgué dans les médias a été fixé sur son sort. Une peine de dix-huit mois de prisons ferme a en effet été requise à son encontre pour avoir détourné de grosses sommes d’argent. Le rappeur Gims, qui a stoppé sa carrière pour se consacrer à ses enfants et sa femme DemDem, en a même fait une chanson intitulée Malheur, malheur.

L’homme accusé d’escroquerie nie en bloc

L’ancien manager de Vitaa et Gims est accusé d’avoir édité des “factures bidons” et détourné plus de 300.000 euros entre 2014 et 2016. En effet, comme le précise Le Parisien, les ennuis auraient commencé lorsque l’interprète de Je me tire décide d’enregistrer un nouvel album, Djuna Family. L’album ne sortira jamais mais des factures correspondant à des sessions d’enregistrement, des shootings photo… ont bel et bien été éditées et encaissées. Au sujet de la chanteuse Vitaa, même chanson, des billets d’avion pour Marrakech et des locations de limousines auraient été réservés alors que la chanteuse affirme n’en avoir jamais profité.

“Jamais de ma vie je n’ai fait de fausses factures”, s’est défendu l’accusé devant le tribunal correctionnel de Créteil le 31 mai 2021. “Pour sortir un euro, il faut trois validations. Je n’ai fait que la première avant la seconde du directeur puis la troisième du commissaire aux comptes”, a-t-il ajouté face à la procureure. Cependant, celle-ci a émis quelques doutes : “C’est lui qui a tiré réellement profit de cette infraction, celui qui est en position de force, qui a pu imposer sa volonté”, a-t-elle affirmé. L’avocat du manager, Me Yann Le Bras, a quant à lui plaidé la relaxe. Le verdict est prévu le 27 septembre 2021.

Source: Lire L’Article Complet