"1 personne sur 4 qui entre en réanimation n'en sortira pas vivante" : le Directeur général de la santé alerte sur la deuxième vague de Covid-19

Lors de sa conférence de presse avec Oliver Véran, Jérôme Salomon, le Directeur général de la Santé, a alerté sur la saturation des services hospitaliers. Les hôpitaux français ont accueilli près de 3.000 personnes atteintes de la Covid-19 en l’espace d’une journée.

Restez informée

“Les jours et les semaines qui viennent seront difficiles” a prévenu Olivier Véran, le 5 novembre, lors de sa conférence de presse hebdomadaire. Accompagné de Jérôme Salomon, le Directeur général de la Santé, le ministre de la Santé a averti sur la dégradation de la situation sanitaire.

58.000 personnes positives à la Covid-19 en 24 heures

Dans son allocution, Jérôme Salomon a rappelé que désormais “chaque jour compte”. Selon les derniers chiffres, 3.000 nouveaux patients touchés par la Covid-19 ont été hospitalisés en 24 heures. 447 malades ont été placés dans les services de réanimation. “Un patient sur quatre qui entre en réanimation ne survivra pas quelques semaines plus tard. Depuis mars, 39.037 personnes sont décédées, déjà 8.000 depuis septembre. La France est le pays d’Europe qui compte le plus de cas : 1,6 million”, a indiqué le Directeur général de la Santé.

Plus de 58.000 personnes ont également été testées positives au coronavirus en un jour. Lors de sa prise de parole, Olivier Véran a évoqué les patients hors-Covid qui pourraient avoir de besoin de lits en réanimation. “On estime que quoi qu’il arrive, on a toujours besoin d’au moins 2.000 à 3.000 lits de réanimation pour ces malades qui ne sont pas atteints du coronavirus”, a indiqué le ministre de la Santé.

Une deuxième vague plus haute et plus longue ?

“Quand on ajoute ces 3.000 patients hors-Covid avec les plus de 4.000 patients atteints de Covid dans nos services de soins critiques réanimatoires, on voit que la pression est déjà très forte, elle est réelle et à date, il y a plus de 85% des lits qui sont occupés”, a complété Olivier Véran. D’après le ministre, si le confinement est bien respecté, un pic de 6.000 patients en réanimation devrait être atteint à la mi-novembre. Selon les estimations de l’Institut Pasteur, la courbe diminuerait les semaines suivantes et la seconde vague serait moins forte que la première.

Cependant, en cas de non-respect du confinement, les services hospitaliers risquent d’atteindre un niveau de saturation nationale dès la mi-novembre avec plus de 7.000 patients touchés par la Covid-19 en réanimation. “C’est-à-dire plus de 66% de la capacité maximale de nos réanimations. La deuxième vague serait alors “plus haute et plus longue que la première”, a précisé le ministre. Pour l’heure, aucune nouvelle restriction n’a été annoncée.

Source: Lire L’Article Complet