5 choses à savoir sur le périnée

Invisible mais multifonction, cet ensemble musculaire incontournable est souvent méconnu… jusqu’à ce qu’il flanche.

Restez informée

Il faut le muscler jeune, après c’est trop tard

Faux. Même s’il vaut mieux commencer le plus tôt possible, comme tous les muscles, il peut être stimulé à tout âge. Les méthodes sont nombreuses. Celle de la kinésithérapeute Blandine Calais-Germain sollicite tout le corps et permet de ressentir son plancher pelvien. Médecin et prof de yoga, Bernadette de Gasquet travaille la posture et la respiration. De nombreux spécialistes proposent une rééducation avec sonde vaginale et électrodes, grâce auxquels on visualise sur écran l’intensité de ses contractions.

Périnée : le tabac lui veut du mal

Vrai. À double titre ! La nicotine perturbe la synthèse du collagène, l’un des constituants du périnée et de notre peau. Et les toux chroniques des fumeuses entraînent des contractions répétées sur la région abdominale qui peuvent, à la longue, distendre le périnée et augmenter le risque de fuites urinaires.

Faire du sport tonifie le périnée

Vrai et faux. Tout dépend de l’activité ! Celles qui entraînent des chocs (trampoline, GRS, athlétisme, équitation…) provoquent une forte pression abdominale. Elles sont à éviter si le plancher pelvien est déjà affaibli car elles risquent de favoriser les fuites urinaires, voire une descente d’organes. On proscrira pour la même raison les abdos qui font gonfler le ventre et rapprochent le bassin des épaules (ciseaux, pédalages…). En revanche, la natation, le gainage, le stomach vacuum (une technique de renforcement musculaire), le Pilates et le yoga sont excellents.

La ménopause le démobilise

Vrai. Les fascias périnéaux, tissus de soutien du périnée, ont besoin des hormones féminines – œstrogènes et progestérone – pour rester toniques. Avec la ménopause, ces sécrétions chutent, entraînant un certain relâchement, d’où les fuites urinaires ou anales. Si c’est le cas, une rééducation périnéale peut (re)devenir nécessaire.

Périnée musclé, plaisir augmenté

Vrai. Tonique, il entraîne une meilleure lubrification de la vulve et du vagin et rend le clitoris plus sensible. Cerise sur le gâteau, un périnée musclé prend plus de place dans la cavité vaginale, offrant davantage de sensations aux deux partenaires. Le périnée devra être détendu pour que l’orgasme puisse survenir. Quand c’est le cas, les contractions musculaires provoquées par l’orgasme tonifient à leur tour le périnée. Un cercle vertueux, en quelque sorte. De quoi se motiver pour la rééducation !

Merci à Aude Louzé, Xavier Millon et Anne-Florence Louzé, auteurs de Périnée, what the fuck ?! (éd. La Musardine).

A lire aussi :

⋙ Périnée : pourquoi il faut le muscler

⋙ Seniors mais jeunes dans leur tête !

⋙ À quoi sert le périnée dans notre intimité ?

Source: Lire L’Article Complet