Big Eyes : ce film est-il inspiré d’une histoire vraie ?

À l’occasion de la diffusion du film Big Eyes dimanche 3 octobre 2021, à partir de 20h55 sur Arte, Télé Star vous dévoile si le scénario de ce long-métrage est inspiré d’une histoire qu’il s’est réellement produite ou non.

Sorti au cinéma en 2004, le film intituléBig Eyes, porté par Christoph Waltz et Amy Adams, sera diffusé dimanche 3 octobre 2021, à partir de 20h55 sur la chaîne franco-allemande Arte. Réalisé par Tim Burton, ce long-métrage raconte l’histoire du personnage de Margaret Ulbrich, incarné à l’écran par Amy Adams, qui décide de s’enfuir du domicile conjugal avec sa fille Jane en direction de San Francisco. Devenue peintre de rue, elle rencontre un agent immobilier du nom de Walter Keane, interprété par Christoph Waltz, qui déclare avoir comme hobby de peindre les rues de Paris. Après l’avoir épousé, Walter Keane profite du fait que de nombreuses peintures de Margaret ont été signées avec son nom d’épouse pour s’en approprier la paternité.

Le scénario de ce film est inspiré de l’histoire des véritables Margaret et Walter Keane, qui est l’une des plus grandes impostures de l’histoire de l’art. Après que Walter Keane ait rencontré un grand succès dans les années 1950 et 1960 avec ses peintures, sa femme Margaret révèle qu’elle était en fait le véritable auteur des toiles dont son mari s’est approprié la paternité. Ayant porté cette affaire devant la justice, elle gagne son procès en 1986. Au cours d’une audience, son mari a refusé de peindre un tableau destiné à prouver le talent qu’il prétendait avoir, en prétextant une douleur à l’épaule, De son côté, Margaret Keane a exécuté la peinture demandée en seulement 53 minutes. Après 3 mois de procès, elle est finalement indemnisée à hauteur de 4 millions de dollars.

Big Eyes : de nombreuses reproductions de toiles ont été utilisées pour ce film

Pour les besoins du tournage, la production de Big Eyes a réuni près de 300 tableaux. Pour les plans plus éloignés, les peintures de Margaret Keane ont été réimprimés sur toile. En ce qui concerne les gros plans, de la peinture a été rajoutée sur les toiles imprimées pour que l’on puisse apercevoir les coups de pinceaux. Par ailleurs, la peintre Lisa Godwin était chargée de reproduire les oeuvres, mais elle avait seulement obtenu 2 mois pour boucler son travail. Elle a même été parfois obligée d’effectuer 10 versions d’un seul tableau, pour que l’on voit l’évolution du travail pictural. De plus, certaines toiles ne pouvaient apparaître à l’écran car elles avaient été achetées, et que l’équipe de production n’a pas pu obtenir le droit de les diffuser.

Source: Lire L’Article Complet