Blonde : la succession de Marilyn Monroe a-t-elle donné son accord pour le film ?

Le biopic sur Marilyn Monroe, intitulé Blonde, est sorti le 16 septembre 2022 aux Etats-Unis. Mais ce long-métrage a-t-il reçu l’accord donné par la succession de l’actrice ?

Le 16 septembre 2022, le film Blonde est sorti aux Etats-Unis. Adapté du livre de Joyce Carol Oates, ce long-métrage est une relecture de la vie de Marilyn Monroe. Mais dès la diffusion de la première bande-annonce, de nombreuses critiques ont fusé concernant l’accent de l’actrice qui incarne la star Hollywoodienne. Ainsi, même si la succession de Marilyn Monroe n’a pas donné son accord pour la réalisation de ce film, les proches de la star ont tenu à défendre Anas de Armas : "Marilyn Monroe est une icône singulière de Hollywood et de la culture pop qui transcende les générations et l’histoire. Toute actrice qui se lance dans ce rôle sait qu’elle a beaucoup de travail à faire. Rien qu’avec la bande-annonce, il semble qu’Ana ait été un excellent choix de casting, car elle capture le glamour, l’humanité et la vulnérabilité de Marilyn. Nous avons hâte de voir le film dans son intégralité !", a déclaré Marc Rosen, président du divertissement chez Authentic Brands Group, qui possède la succession de Marilyn Monroe.

Le producteur du film, qui n’est autre que Brad Pitt a lui aussi tenu à défendre l’actrice : "Elle est phénoménale dans ce rôle. Ce n’est que lorsque nous avons trouvé Ana que nous avons pu franchir la ligne d’arrivée". Ana de Armas a assuré avoir beaucoup travaillé sur l’accent de Marilyn Monroe : "Il m’a fallu neuf mois de coaching dialectal et de pratique, et quelques sessions ADR (remplacement automatisé de dialogue) pour obtenir le bon accent. C’était une grande torture, tellement épuisante. Mon cerveau était grillé".

Ana de Armas : "J’ai fait des choses dans ce film que je n’aurais jamais faites pour quelqu’un d’autre"

La jeune actrice explique avoir donné beaucoup de sa personne pour ce film : "J’ai fait des choses dans ce film que je n’aurais jamais faites pour quelqu’un d’autre, mais j’ai accepté pour elle", déclare-t-elle, expliquant par la même occasion qu’elle avait peur que les scènes dénudées prennent trop de place : "Je sais qu’elles vont devenir virales, et c’est dégoûtant. C’est rageant juste d’y penser, mais je n’ai aucun contrôle là-dessus. Vous ne pouvez jamais vraiment contrôler ce que les gens font des images, comment ils peuvent les sortir de leur contexte. Je ne crois pas que ça m’ait fait hésiter [à accepter le film], mais ça m’a donné la nausée de penser à l’existence de ces vidéos à l’avenir".

Source: Lire L’Article Complet