Bouton de stress : comment le reconnaître et s’en débarrasser ?

Oui, le stress peut être à l’origine de boutons. Herpès, acné ou urticaire : on fait le point avec le Dr. Gallay, médecin dermatologue.

Restez informée

Bouton de stress : le stress peut-il (vraiment) être à l’origine de boutons ?

Le Dr. Isabelle Gallay, médecin dermatologue, est catégorique : “ oui, le stress peut être à l’origine de boutons “. En effet : le stress psychologique (par exemple : celui que l’on ressent en période d’examens, lorsqu’on attend des résultats médicaux, lorsqu’on est en plein déménagement, lorsqu’on est dans une période d’incertitude…) provoque une réaction inflammatoire, c’est-à-dire la mise en place d’un mécanisme de défense au sein de l’organisme.

Le stress psychologique entraîne ainsi la production de substances chimiques spécifiques, comme les interleukines ou les immunoglobulines (IgE) qui interviennent dans le processus inflammatoire, au niveau de plusieurs organes, dont la peau ” précise la spécialiste.

Or, en cas de réaction inflammatoire, la peau réagit comme n’importe quel organe : “ l’inflammation peut notamment se traduire par une poussée de boutons ” note le Dr. Isabelle Gallay.

Le conseil de la spécialiste. S’accorder des moments de détente et lutter contre le stress, c’est indispensable pour conserver une belle peau. Je vous recommande de pratiquer une activité physique régulière, de soigner votre sommeil, de vous oxygéner au moins une fois par jour et de consommer des aliments antioxydants qui luttent contre les effets néfastes du stress sur l’organisme.

Bouton de stress : herpès, acné, urticaire… Il en existe plusieurs catégories

Il n’y a pas ” un ” bouton de stress unique : ” en fonction du terrain du patient, le stress pourra se traduire par une poussée d’acné, d’urticaire ou encore par l’apparition d’un bouton d’herpès ” précise la dermatologue.

  • Les boutons d’acné

C’est un phénomène bien connu des médecins dermatologues : en période de stress, l’acné (chez l’adolescent comme chez l’adulte) revient en force. “ L’inflammation généralisée du corps, en particulier en lien avec les interleukines, déclenche une réaction au niveau de la peau : les glandes sébacées, responsables de la production du sébum, sont stimulées et il y a une inflammation des comédons invisibles sous la peau. C’est là que les boutons apparaissent ” explique le Dr. Isabelle Gallay.

Les boutons d’acné sont principalement localisés sur le visage, et notamment sur le front, le nez, les ailes du nez et le menton – c’est la fameuse zone T. Les boutons ont un aspect inflammatoire (ils sont rouges, gonflés…) et peuvent s’accompagner de micro-kystes (points noirs).

Boutons d’acné et stress : que faire ? En cas de poussée d’acné pendant une période de stress, pas question de triturer les boutons ou (pire!) d’essayer de les percer. Mauvaise idée également : les masques au charbon qui ” décapent ” la peau, au risque de voir apparaître encore plus de boutons – on parle d’hyper-séborrhée réactionnelle.

La dermatologue Isabelle Gallay recommande au contraire de nettoyer la peau chaque jour avec un produit doux, sans parfums ni conservateurs : du savon de Marseille ou du savon d’Alep, par exemple. Le rinçage et le séchage doivent être soigneux et on peut terminer notre routine cosmétique par une pulvérisation d’eau thermale.

  • Le ” bouton de fièvre ” ou herpès labial

Le célèbre ” bouton de fièvre ” est provoqué par une infection au virus HSV1 pour ” herpès simplex virus 1 “. Cette infection a généralement lieu durant l’enfance (à la faveur d’un contact avec de la salive d’une personne déjà contaminée) et l’infection virale peut rester longtemps asymptomatique, le virus HSV1 restant ” endormi ” dans un ganglion nerveux sous la peau.

Toutefois, l’infection à HSV1 peut se ” réveiller ” à la faveur d’une situation stressante. Résultat : le virus se multiplie et, en longeant les nerfs, vient provoquer des lésions cutanées très localisées. Apparaît alors un ” bouton de fièvre “, c’est-à-dire une zone composée de petits boutons ” bulleux ” au niveau de la lèvre, qui est ensuite remplacée par une croûte.

Herpès labial et stress : que faire ? Si l’herpès labial s’accompagne d’une forte fièvre et/ou d’une douleur intense et/ou de douleurs oculaires ou d’une baisse de la vision, on prend rendez-vous rapidement chez son médecin traitant. Sinon, on file en pharmacie : le pharmacien pourra proposer une crème anti-virale à appliquer localement ou une crème anesthésiante qui atténuera les symptômes du bouton de fièvre.

À éviter absolument : arracher la croûte du bouton ou recouvrir avec du fond de teint (cela retarde la cicatrisation), désinfecter avec de l’alcool (cela irrite et entretien l’herpès) ou prendre des antibiotiques (ils ne fonctionnent pas sur les virus).

  • L’urticaire

L’urticaire est une maladie de la peau qui évolue par crises : lors d’une crise, certaines zones cutanées se recouvrent de plaques rouges en relief, arrondies, bien délimitées et qui démangent.

Chez les personnes qui ont un terrain propice à l’urticaire, le stress constitue un important facteur déclenchant des crises ” souligne le Dr. Isabelle Gallay. En effet : l’inflammation généralisée du corps qui est provoquée par le stress entraîne la production d’immunoglobulines (IgE) par les lymphocytes : or, ces IgE sont impliquées dans l’apparition des symptômes de l’urticaire.

Un cercle vicieux peut même se mettre en place, note la spécialiste. Car si le stress peut déclencher une poussée d’urticaire, cette dernière est elle-même génératrice de stress, ce qui entretient le mécanisme.

Urticaire et stress : que faire ? Pour apaiser une crise d’urticaire liée au stress, il n’y a qu’une seule solution : les médicaments antihistaminiques qui apaisent les symptômes en l’espace de 30 minutes à 1 heure. Ce traitement médicamenteux est délivré sur prescription médicale uniquement.

Merci au Dr. Isabelle Gallay, dermatologue à Dijon (21) et Vice Présidente du SNDV (Syndicat National de Dermatologie Vénérologie).

Source :

Assurance Maladie

Source: Lire L’Article Complet