Café, pâtes… Ces produits de tous les jours qui risquent de coûter plus cher

Huile, lait, café, pâtes… De nombreux articles appréciés par les Français vont connaître une augmentation de prix dès la rentrée. Découvrez lesquels.

Restez informée

Ils auront toujours le même goût mais pas le même prix… Dès le mois de septembre, le prix de nombreux aliments risque de s’envoler. En cause, de mauvaises récoltes liées aux conditions climatiques, une demande en constante évolution et une hausse du coût des transports. Résultat, les grands industriels (supermarchés, grande distribution) s’apprêtent à augmenter leurs tarifs. L’addition risque donc d’être de plus en plus salée.

Le prix du café

Long ou serré, consommé en terrasse ou dans votre cuisine à l’heure du petit déjeuner, le petit noir risque de vous coûter plus cher. Les industriels s’apprêtent à augmenter les tarifs du café à partir de la rentrée. Les mauvaises récoltes de l’année dues au gel et à la sécheresse et une demande croissante en sont les causes principales. Selon la chaîne d’information BFMTV, le marché mondial devrait connaître une hausse annuelle de 9 %, et ce, lors des trois prochaines années. Au grand dam des amateurs de café…

Le prix des pâtes

Simples à préparer, faciles à conditionner et à conserver, les pâtes font partie des aliments les plus achetés par les Français. Leur popularité risque d’être bientôt compromise. En effet, le prix du paquet de pâtes pourrait bientôt s’envoler. En cause, la flambée du cours du blé dur. À l’origine de ce phénomène : de mauvaises récoltes au Canada, premier exportateur et producteur de blé au monde ainsi qu’une demande en constante évolution. Notamment en raison de la crise sanitaire et des précédents confinements. “Le prix mondial des blés subit une augmentation historique de plus de 30% en quelques semaines, hausse qui pourrait encore fortement s’accélérer lorsque le Canada aura fini de récolter et confirmer une pénurie mondiale de blé dur”, expliquent le Sifpaf (syndicat des industriels fabricants de pâtes alimentaires de France) et le CFSI (Comité français de la semoulerie industrielle), dans un communiqué diffusé lundi dernier. Ils appellent les pouvoirs publics à mettre en place “un plan d’urgence” afin de leur permettre d’adapter les prix de vente.

Certaines matières premières également concernées

Mais ce n’est pas tout, les industriels de l’alimentaire demandent une hausse du prix des produits de première nécessité pour compenser celle des matières premières. C’est le cas pour la moutarde, les oeufs, les huiles de colza, de palme, de soja et de tournesol mais aussi le lait. Affaire à suivre dans les rayons de vos grandes surfaces…

Source: Lire L’Article Complet