Cervicalgie : quels sont les symptômes et les traitements ?

Les douleurs cervicales résultent le plus souvent d’une mauvaise posture prolongée. On fait le point sur la cervicalgie avec un ostéopathe.

Restez informée

Cervicalgie : de quoi parle-t-on exactement ?

Les douleurs cervicales (ou ” cervicalgies “, c’est leur nom médical) sont localisées au niveau du cou et de la nuque. D’un point de vue anatomique, la douleur naît au niveau des vertèbres cervicales : ce sont les 7 premières vertèbres de la colonne vertébrale et elles permettent la plupart des mouvements de la tête – la pencher en avant, sur le côté, en arrière, la faire tourner…

À savoir. On parle de ” cervicalgie aiguë ” lorsque la douleur est présente depuis moins de 6 mois. Au-delà, il s’agit d’une ” cervicalgie chronique “. Il est alors nécessaire de consulter.

Dans la majorité des cas, les cervicalgies (aiguës ou chroniques) ont une origine posturale. Plus rarement, des douleurs cervicales persistantes peuvent être le symptôme d’une pathologie plus grave. Par exemple, en cas de spondylarthrite ankylosante, on parle de ” cervicalgie symptomatique “. On peut également mentionner la cervicarthrose, une forme d’arthrose particulière qui touche les vertèbres cervicales et qui concerne 75 % des 10 millions de Français souffrant d’arthrose.

Cervicalgie : quelles sont les causes possibles ?

  • La cervicalgie posturale

Dans la majorité des cas, les douleurs cervicales se développent lorsqu’on adopte une mauvaise posture sur une période prolongée. ” Les personnes qui travaillent toute la journée sur l’ordinateur et qui n’ont pas une bonne posture (elles ont la tête penchée en avant parce que l’écran est trop bas ou parce qu’elles n’ont pas une bonne vue) ont souvent mal à l’arrière du cou, et la douleur irradie parfois jusqu’au milieu du dos ” développe Adrien Ezine, ostéopathe.

En cause : une contraction permanente des muscles du haut du dos et de l’épaule. ” Lorsqu’on adopte une mauvaise posture prolongée (ou qu’on la répète tous les jours), les muscles trapèzes, scalènes, sterno-costo-claviculaire, splenius… finissent par être gainés en permanence, ce qui entraîne la douleur “. À noter : sur le même mécanisme, on peut voir apparaître un torticolis.

Le conseil de l’ostéopathe : au bureau, essayez d’optimiser votre poste de travail – l’écran doit ainsi se trouver bien en face de vos yeux. Faites aussi des étirements toutes les heures, par exemple en faisant ” rouler ” votre tête (doucement !), dans le sens des aiguilles d’une montre puis dans le sens contraire “.

  • Cervicalgie : le sommeil peut être responsable

Un mauvais choix de literie peut être à l’origine de douleurs cervicales qui se manifestent plutôt au réveil : il peut ainsi être question d’un oreiller trop dur et/ou trop élevé, d’un matelas trop mou et/ou trop abîmé… Attention aux futons, ces matelas extra-fermes posés à même le sol : ils peuvent engendrer des cervicalgies.

Les personnes qui grincent des dents (bruxisme) ou qui gardent les dents serrées pendant la nuit sont aussi plus susceptibles de souffrir d’une cervicalgie, ajoute Adrien Ezine. Pour savoir si vous êtes concerné(e), comptez combien de temps, en moyenne, vous gardez vos dents serrées durant la journée : si c’est supérieur à 30 minutes, il est probable que vos douleurs aux cervicales viennent de là !

Et aussi… Après un choc violent (un accident de voiture, par exemple), on peut souffrir d’une cervicalgie de type ” coup du lapin ” ou ” coup de fouet cervical “, provoquée par une flexion brutale et rapide du cou, immédiatement suivie par une extension avec un étirement. Prenez rapidement rendez-vous chez un ostéopathe ou chez un kinésithérapeute !

Cervicalgie : 3 solutions pour soulager la douleur

  • Aromathérapie

Pour dénouer les muscles hyper-contractés au niveau des cervicales, on fait appel à l’huile essentielle de romarin à camphre (Rosmarinus officinalis L. camphoriferum.) qui est décontractante musculaire, antalgique et anti-inflammatoire. On mélange 2 gouttes d’huile essentielle dans 8 gouttes d’huile végétale (huile végétale d’arnica, par exemple) et on masse la zone douloureuse jusqu’à 4 fois par jour.

Attention : cette huile essentielle est contre-indiquée chez l’enfant avant l’âge de 6 ans, chez la femme enceinte ou allaitante, en cas d’hypertension artérielle, en cas de cancer hormono-dépendant, ainsi qu’en cas d’asthme. Le mieux reste de demander conseil à son médecin ou à son pharmacien avant utilisation.

  • Phytothérapie

Préparez une infusion concentrée de feuilles de cassis (une plante antalgique et anti-inflammatoire) en versant 3 c. à s. de feuilles séchées dans un gros bol d’eau bouillante : laissez infuser 15 minutes. Réchauffez cette infusion à feu doux (elle ne doit pas bouillir). Trempez-y un linge épais (une petite serviette de toilette par exemple). Appliquez sur la zone douloureuse et laissez agir jusqu’à ce que la serviette refroidisse. Répétez plusieurs fois par jour.

  • Médecine traditionnelle chinoise

Le point d’acupuncture VB20 ” étang du vent ” est sollicité en médecine traditionnelle chinoise pour apaiser la douleur d’un torticolis, détendre les muscles du cou et de la nuque, et restaurer la mobilité de la tête. Il est recommandé contre les cervicalgies.

Pour le stimuler, on pose notre pouce gauche sur le dos de la main droite, dans le ” trou ” entre les deux ” bosses ” osseuses, à la base de l’index et du majeur (plus spécifiquement : entre le deuxième et le troisième métacarpe). On masse vigoureusement pendant une minute, et on recommence de l’autre côté, sans oublier de bien respirer.

Merci à Adrien Ezine, ostéopathe à Bry-sur-Marne (94).

Sources :

  • La compagnie des sens
  • Le guide des antidouleurs naturels – Dr. Yann Rougier et Marie Borrel, éd. Leduc.S
  • Do-In : les points clés 100 % vitalité – Valérie Capel, éd. Leduc. S

Source: Lire L’Article Complet