Ces jeux qui ont généré d'incroyables procès

Ces jeux ont suscité de tels soucis que la justice a fini par se mêler de leurs affaires. Parfois, au bénéfice du joueur… et puis parfois, à ses dépends !

La justice ne s’arrête nulle part. Et forcément, les jeux vidéo ont eu droit à leur lot de procès et d’histoires juridiques en tous genres, qu’il s’agisse de problèmes liés à du plagiat, des droits d’auteurs voire même des questions purement financières. Une chose cependant semble se confirmer : ces derniers temps, les histoires de problèmes judiciaires de divers studios semblent se faire de plus en plus fréquents… Ne t’en fais pas cependant, la plupart du temps, quand il y a un problème de ce genre, c’est toujours au bénéfice du joueur. Bien entendu, “la plupart du temps”. Alors ici, on revient sur quelques uns des procès les plus fous liés à des jeux vidéo.

Cyberpunk 2077

C’est l’histoire la plus récente, et elle est toujours en cours : des tas de joueurs, investisseurs et associations ont décidé de porter plainte contre CD Projekt pour les performances terribles de Cyberpunk 2077 sur les consoles de la génération précédente (PS4 et Xbox One). Reste maintenant à voir où ces plaintes vont mener les joueurs à l’avenir.

Pong

Pong est non seulement un des premiers jeux vidéo de l’histoire, c’est aussi la première histoire juridique du medium. Originellement, il s’agit en effet d’un jeu créé par Ralph Baer. Excité par son invention, il la présente à Atari, qui s’empresse de sortir sa propre version du jeu par la suite. On est sur un plagiat direct, et forcément Baer a porté plainte contre Atari. Une plainte soldée à l’amiable par la suite, juste avant d’atteindre les tribunaux.

Fortnite

Fortnite et Epic Games se font les porte-étendards de la lutte contre les grosses commissions de Google et Apple sur leurs stores d’applications. Ainsi, pour chaque achat ingame, Apple prend 30% de commission, et il en va de même sur le Play Store de Google. Epic Games a décidé de porter plainte contre Apple dans cette histoire, et la bataille juridique est encore en cours aujourd’hui : le procès aura lieu en mai.

Too Human

En plus d’être les créateurs de Fortnite, Epic Games est aussi responsable de l’Unreal Engine, un moteur graphique qu’il faut payer pour être utilisé dans un jeu. Or Silicon Knights, studio à l’origine du jeu Too Human, a tout simplement décidé d’employer l’Unreal Engine sans payer de droits. Forcément, ça ne s’est pas bien terminé : un procès mené par Epic Games aura poussé le studio a détruire toute copie du jeu, qui n’est donc désormais plus jouable.

World of Warcraft

En 2009, Blizzard a décidé de porter plainte contre les créateurs d’un serveur privé de World of Warcraft nommé Scapegaming dans lequel la firme n’avait aucune autorité. Le jour où le procès arriva, Alyson Reeves, responsable du fameux serveur, a décidé de ne pas venir, et Blizzard a fini par gagner le procès par défaut. Résultat : 88 millions de dollars à payer pour Reeves. Ouch…

Source: Lire L’Article Complet