Chaumet invente sa propre taille de diamant

Comment doper les courbes délicates des bijoux Bee My Love, stars de la maison, sans pour autant en dénaturer la forme hexagonale ? Un problème unique qui appellait forcément une réponse singulière…

De l’aveu même de Jean-Marc Mansvelt, le PDG de la maison Chaumet, le plus simple s’avère parfois être le plus complexe. Un mantra qui s’applique plus que jamais aux nouvelles variations de Bee My Love qui viennent tout juste d’être mises en orbite ce mois-ci.

À première vue, seule la monture en or semble étoffée pour signer un nouveau volume plus alluré à cette collection, qui s’est hissée aux côtés de Joséphine et Liens en tête de liste des bijoux les plus désirés de la maison du 12 Place Vendôme. Et pourtant, le diable se loge ici dans le détail. Et plus précisément dans les feux de cette pierre de centre.

Géométrie parfaite

Collier Bee My Love en or rose, serti de onze diamants taille Impératrice et bague Bee My Love en or rose, serti de trois diamants taille Impératrice, Chaumet.

«Il fallait trouver une pierre qui se loge à la perfection au sein de cette alvéole», précise Pascal Chammah, l’expert en diamants de la maison Chaumet. «Ce que je voyais sur le marché ne me plaisait pas, on me proposait soit des pierres à degré, soit des pierres de piètre qualité.» C’est à ce moment-là qu’il recroise le chemin d’un des diamantaires les plus audacieux du secteur, rencontré quelques années plus tôt, et qui ne recule devant rien pour imaginer des diamants taillés sur mesure.

Il aura fallu bon nombre d’essais et d’années pour enfin développer le diamant taille Impératrice. Il faut le tenir sous la lumière pour admirer la précision de ces 88 facettes, mais c’est, comme toujours en gemmologie, véritablement lorsque l’on passe la pierre au microscope qu’on en admire toute la virtuosité technique. Notamment son angle de 48 degrés et la géométrie aussi variable que parfaite de ces flancs.

Vers l’infini et au-delà

Un aperçu du diamant taille Impératrice de la maison Chaumet.

Ne restait plus qu’à former les ateliers au sertissage de cette nouvelle pierre et d’en adapter l’usage face à la matière première. «C’est là qu’on s’est rendu compte que si techniquement, rien ne nous empêchait de descendre en caratage, l’atelier, lui, ne pouvait utiliser des pierres de moins de 0.25 carats», poursuit Pascal Chammah. «De la même manière, nous avons décidé de ne pas aller au-delà de 3 carats car les feux de la pierre devenaient trop intenses pour qu’ils restent lisibles.»

Une fois paramétrés et formés, les ateliers ont donc méticuleusement apposé cette pierre inédite sur des colliers, bagues et bracelets Bee My Love immédiatement reconnaissables, mais aussi sur une série de bagues triples et de boucles d’oreilles minimales où brille toute la beauté de cette gemme graphique. Le tout placé sous la protection du chiffre 8, aussi bien convoité par une large partie de la population mondiale que par les abeilles protectrices de Chaumet qui, comme le rappelle Jean-Marc Mansvelt, volent elles-aussi en dessinant le symbole de l’infini. La boucle est bouclée.

Source: Lire L’Article Complet