Constipation : les symptômes, les causes et les meilleurs traitements

Quelles sont les causes principales de la constipation ? On fait le point et on vous donne nos meilleures astuces pour relancer le transit.

Restez informée

Constipation : de quoi parle-t-on exactement ?

La constipation se définit, selon l’Assurance Maladie, par une ” diminution de la fréquence des selles, associée à une difficulté pour les évacuer “. Elle peut être occasionnelle ou chronique, lorsqu’elle dure depuis plus de 6 mois.

À savoir. La fréquence des selles varie d’un individu à l’autre : entre 3 fois par jour et 3 fois par semaine.

On parle donc de constipation lorsque :

  • Les selles sont trop peu fréquentes : on compte moins de 3 selles par semaine,
  • Les selles sont trop dures : il devient difficile, voire douloureux, d’aller aux toilettes. Les selles peuvent également être peu abondantes et leur expulsion semble incomplète.

À savoir. Outre des selles trop peu fréquentes et/ou trop dures, la constipation se manifeste généralement à travers une sensation d’inconfort au niveau du ventre, des crampes abdominales et/ou des ballonnements abdominaux.

Constipation : quelles sont les causes les plus fréquentes ?

Chez l’adulte, une constipation occasionnelle (c’est-à-dire : qui ne dure pas dans le temps) peut être provoquée par :

  • un changement dans les habitudes de vie : un voyage, une modification du régime alimentaire, un stress, une immobilisation, une hospitalisation…
  • le fait de ” se retenir ” d’aller aux toilettes, par exemple en cas d’hémorroïdes ou de fissure anale.

Chez l’adulte, une constipation chronique (c’est-à-dire : qui dure depuis 6 mois ou plus) peut être provoquée par :

  • une alimentation pauvre en fibres et/ou une hydratation insuffisante au quotidien,
  • un manque d’activité physique,
  • la prise de certains médicaments : antitussifs, antidouleurs, antidépresseurs, médicaments utilisés contre l’acidité gastrique…,
  • un faible apport calorique : par exemple, en cas d’anorexie mentale ou de perte d’appétit,
  • Plus rarement, la constipation chronique (lorsqu’elle est associée à des ballonnements et à des douleurs abdominales) peut être le symptôme d’une colopathie fonctionnelle ou d’un syndrome du colon irritable.
  • La constipation chronique peut aussi être un symptôme de dépression, d’hypothyroïdie, de troubles anxieux…

Et aussi… La constipation est plus fréquente avec l’âge, ainsi que pendant la grossesse (ou lors de certaines périodes du cycle menstruel) chez la femme.

Constipation : 4 remèdes naturels à essayer

  • Aromathérapie. L’huile essentielle de gingembre (Zingiber officinale Roscoe.) est un tonique digestif : en cas de constipation, on prend 1 goutte pure dans 1 c. à c. d’huile d’olive, avant les repas, pendant 3 jours maximum. Attention : cette huile essentielle est réservée à l’adulte et interdite aux femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu’aux personnes traitées par anticoagulants.
  • Homéopathie. Contre la constipation passagère, l’homéopathie recommande de prendre 5 granules matin et soir de Collinsonia 4 CH (pendant la grossesse) ou de Nux Vomica 5 CH (si la constipation résulte d’excès alimentaires) ou de Platina 7 CH (en cas de constipation qui survient en voyage).
  • Auto-massage. Étendue sur le dos, le ventre rentré, placez vos pouces de chaque côté de votre nombril, à environ 2 largeurs de doigts de ce dernier. Maintenez une pression modérée pendant environ 2 minutes pour accélérer la mobilité intestinale.
  • Phytothérapie. Préparez une décoction anti-constipation en découpant en rondelles (pas trop épaisses) une racine de pissenlit, puis laissez infuser 8 à 10 rondelles dans un bol d’eau tiède pendant 10 min. Buvez 2 à 3 tasses par jour.

Du côté de l’alimentation…Pour faire ” passer ” une constipation occasionnelle, il peut être intéressant d’enrichir son alimentation en fibres pour augmenter la fréquence des selles et améliorer leur consistance. On consomme donc davantage de fruits et de légumes crus (ou peu cuits), du pain complet, des légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots rouges…) et on n’oublie pas de bien s’hydrater (au moins 1,5 L d’eau par jour).

Constipation : quand faut-il absolument consulter ? Il est nécessaire de consulter son médecin traitant dans la journée si la constipation s’accompagne d’une fièvre supérieure à 37,5°C et s’il y a des fortes douleurs dans le ventre. Il est nécessaire d’aller aux Urgences si la constipation s’accompagne de vomissements, de douleurs abdominales importantes et d’une impossibilité à émettre des gaz.

Sources :

  • Assurance Maladie
  • La Compagnie des Sens
  • Le grand livre de l’homéopathie – Dr. Dominique-Jean Sayous, éd. Eyrolles
  • Do-In : les points clés 100 % vitalité – Valérie Capel, éd. Leduc.S
  • 250 remèdes naturels à faire soi-même – Dr. Claudine Luu, éd. Terre Vivante

Source: Lire L’Article Complet