Covid-19 : que faire si je suis cas contact ?

  • Classification des cas contacts
  • Quand et combien de temps s’isoler ?
  • Comment demander un arrêt maladie ?

Comme son nom l’indique, un cas contact concerne toute personne ayant été en contact avec un cas confirmé de Covid-19 dans les 48h précédant l’apparition de ses symptômes et jusqu’à son isolement.

Cependant, il existe des degrés de risques différents. 

Classification des cas contacts

La personne contact « à risque élevé » est une personne qui, en l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact (hygiaphone ou autre séparation physique comme une vitre ; masque chirurgical ou FFP2 porté par le cas ou la personne contact ; masque grand public fabriqué selon la norme Afnor ou équivalent porté par le cas et la personne contact) :

  • a partagé le même lieu de vie que le cas confirmé 
  • a eu un contact direct (conversation, repas, flirt, bise…) à moins d’un mètre avec un cas, quelle que soit la durée ;
  • a prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins 
  • a partagé un espace confiné, comme un bureau, un véhicule ou une salle de réunion, pendant au moins 15 minutes 
  • a été face à face pendant un ou plusieurs épisodes de toux ou d’éternuements 
  • est élève ou enseignant de la même classe scolaire

Les cas contacts à « risque faible » sont les personnes qui ont :

  • été en contact à moins d’un mètre, mais avec un masque couvrant le nez et la bouche, plus de 15 minutes 
  • partagé un espace confiné, mais portaient un masque et respectaient d’une distance d’au moins un mètre, plus de 15 minutes 
  • été en contact à moins d’un mètre mais portait un masque pendant moins de 15 minutes

Une personne ayant croisé un cas contact n’est pas considérée comme cas contact. 

Exemple : si vous avez mangé avec quelqu’un hier soir et que cette personne vous rappelle aujourd’hui pour vous dire que son fils fréquente la classe d’un enfant qui a de la fièvre, vous n’êtes pas cas contact. 

Pour les professionnels de santé et de laboratoire, le risque de contamination est considéré comme élevé s’il y a eu un contact avec un cas confirmé pendant les soins ou l’examen médical à moins d’un mètre de distance, sans utilisation d’un équipement de protection individuel (masque, gant, blouse etc.)

Le risque est considéré comme faible, si le professionnel de santé ou de laboratoire se trouvait dans la même pièce que le cas confirmé, sans l’utilisation d’équipement de protection mais à plus d’un mètre de distance ; ou à l’inverse avec un équipement de protection, mais à moins d’un mètre de distance.

Quand et combien de temps s’isoler ?

  • Si vous êtes cas contact d’une personne testée positive à la Covid-19 : 

Commencez par vous isoler immédiatement (si le schéma vaccinal est incomplet ou si l’on est immunodéprimé) et respectez les gestes barrières. Réalisez immédiatement un test de dépistage (RT-PCR ou test antigénique). Informez les personnes que vous avez croisé les dernières 48 h pour leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux. Réalisez un second test de dépistage (RT-PCR ou test antigénique) 7 jours après le dernier contact avec la personne malade ou 17 jours après son début de symptômes ou son prélèvement si vous partagez son domicile.

Attention, si vous êtes cas contact d’une personne positive au variant Omicron de la Covid-19, vous devez vous isoler immédiatement pour 7 jours (ou 17 jours si vous partagez son domicile), et ce même si vous êtes totalement vacciné. Si vous réalisez un test antigénique et que ce dernier est positif, vous devez faire un test RT-PCR de confirmation qui permet d’identifier l’existence d’un variant.

  • Si vous positif.ve avec des symptômes :

Si le test Covid-19 est positif (variant ou non), l’isolement doit durer 10 jours à compter des premiers symptômes. En cas de température au 10e jour, il convient d’attendre 48 h supplémentaires après la disparition de la fièvre pour terminer son isolement.

  •  Si vous êtes positif.ve, mais asymptomatique :

Si le test est positif (variant ou non) mais que vous ne présentez pas de symptôme, l’isolement de 10 jours pleins débute à partir du jour du test positif. Si aucun symptôme n’apparaît, l’isolement prend fin. En revanche, si des symptômes apparaissent, la personne contacte son médecin traitant. Elle doit s’isoler 10 jours supplémentaires à partir de la date d’apparition des symptômes. En cas de température (fièvre) au 10e jour, la personne s’isole 48 h supplémentaires après la disparition de la fièvre.

Enfin, si votre schéma vaccinal est complet et si vous n’êtes pas immunodéprimé, vous n’avez pas obligation de vous isoler (sauf si vous êtes contact à risque d’un malade susceptible d’être porteur du variant Omicron).

Comment demander un arrêt maladie ?

Depuis le 3 octobre 2020, les personnes identifiées comme cas contact à risque élevé peuvent demander un arrêt de travail en ligne sur le site declare.ameli.fr

L’arrêt doit être de 7 jours minimum. Il débute à compter de la date de l’appel ou du courriel de l’Assurance maladie.

Si vous vous êtes isolé spontanément avant d’avoir été contacté par l’Assurance maladie, l’arrêt peut être rétroactif dans la limite de 4 jours. Si vos résultats de test ne sont encore connus à la fin de l’arrêt, vous pourrez le prolonger dans la limite de 7 jours supplémentaires.

Avant de verser vos indemnités journalières, l’Assurance maladie vérifiera que vous êtes bien identifié comme cas contact. En cas d’accord, vous recevrez une attestation d’isolement valant arrêt de travail dérogatoire, qui pourra être présenté à votre employeur. Si vous disposez d’un compte ameli, ce courrier sera déposé rapidement dans votre espace. Sinon, vous recevrez ce document par voie postale.

Les parents d’enfants considérés comme cas contacts peuvent également se voir prescrire un arrêt de travail ou bénéficier du chômage partiel.

  • Charge virale de la Covid-19 : quand est-on le plus contagieux ?
  • Nombre de cas, études, contagiosité, immunité… Toute l’actualité sur la Covid-19

Source: Lire L’Article Complet