Covid-19 : un premier cas avéré de réinfection découvert à Hong Kong

Une fois guéri de la Covid-19, est-il possible d’être contaminé par le coronavirus une seconde fois ? Les doutes qui subsistent autour de l’immunité et le cas de patients guéris de l’infection mais testés positifs au virus Sars-CoV-2 interrogent. A Hong Kong, un premier cas avéré de réinfection a été découvert. Que faut-il en penser ? On fait le point.

Restez informée

Le coronavirus peut-il contaminer deux fois la même personne ou est-on immunisé après avoir guéri ? C’est la question qui se pose, depuis que des patients Chinois et Japonais ont été testés positifs à la Covid-19 plusieurs semaines après leur guérison et leur sortie de l’hôpital. Une nouvelle découverte relance le débat : à Hong Kong, un premier cas avéré de réinfection à la Covid-19 vient d’être signalé. Leur étude est en attente de publication dans la revue Clinical Infectious Diseases.

Covid-19 : un patient testé positif deux fois, à près de 5 mois d’intervalle

Le patient est un homme de 33 ans qui présentait des symptômes de la maladie et qui avait été testé positif au coronavirus le 26 mars dernier. Après sa guérison, il a été testé négatif à deux reprises. Mais le 15 août dernier, quatre mois et demi après sa première infection, le patient a été testé positif une nouvelle fois à l’aéroport de Hong Kong, alors qu’il ne présentait aucun symptômes.

Les chercheurs affirment que le séquençage du génome montre que les deux souches du virus sont “clairement différentes”. C’est pourquoi ce patient est considéré comme le premier cas avéré de réinfection. Mais d’autres spécialistes préfèrent interpréter cette découverte avec précaution : “Il est difficile de tirer des conclusions définitives à partir d’un seul cas. Compte tenu du nombre d’infections dans le monde, voir un cas de réinfection n’est pas si surprenant”, a par exemple déclaré le Dr Jeffrey Barrett, du centre Sanger (Royaume-Uni).

Coronavirus : des patients guéris toujours porteurs du virus ?

Avant ce patient, d’autres cas de potentielle réinfection avaient interrogé les scientifiques. Plusieurs hypothèses avaient alors été émises.

Les patients guéris puis testés positifs ont-ils été réinfectés ou étaient-ils toujours porteurs du virus ? “Je ne dis pas que la réinfection ne peut pas se produire et ne se produira jamais, mais dans un court laps de temps, c’est peu probable. Même la plus légère des infections devrait laisser au moins une immunité à court terme contre le virus chez le patient en convalescence”, expliquait Florian Krammer, virologue à la Icahn School of Medicine at Mount Sinai (Etats-Unis), dans le New York Time.

Un avis partagé par le Dr Marina Karmochkine, médecin en immunologie clinique à l’hôpital Georges Pompidou à Paris : “Les anticorps conférés par cette infection vont avoir une capacité protectrice sans doute de quelques mois”, explique-t-elle à BFMTV. Elle précisait néanmoins que cette capacité protectrice n’était pas la même que celle obtenue avec un vaccin et qu’il était encore trop tôt pour avoir suffisamment de recul sur la question.

Covid-19 : des tests défaillants ?

L’explication de ces cas testés positifs plusieurs semaines après leur guérison pourrait être toute autre : certains experts sugg”raient également que l’organisme de ces patients contenait toujours une faible quantité de virus que les tests n’ont pas réussi à détecter.

Le test diagnostic du coronavirus consiste à prélever des cellules au fond du nez à l’aide d’un écouvillon. Une partie du matériel génétique du virus prélevé est ensuite amplifié grâce à une technique appelée PCR, qui permet de mieux le détecter.

Cependant, “un test négatif ne veut pas dire avec certitude qu’il n’y a plus de virus chez cette personne”, rappelait Marc Lipsitch, épidémiologiste au Harvard TH Chan School of Public Health (Etats-Unis). En cause ? La zone visée par le prélèvement, qui peut ne pas contenir de virus au moment du test, ou encore un stockage des échantillons à une température non adaptée, qui peut entraîner la détérioration du virus.

Virus Sars-CoV-2 : des hypothèses à prendre avec précaution

De la même façon, les tests positifs des patients plusieurs semaines après leur guérison peuvent également avoir une autre explication : une étude publiée en février dernier dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) indiquait que quatre patients atteints de Covid-19 qui répondaient aux critères de sortie de l’hôpital et qui ne présentaient plus de signes d’infection avaient été testés positifs au virus 5 à 13 jours plus tard.

Ces explications n’étant encore que des hypothèses, le principe de précaution est de mise. Pour limiter les risques de contamination, il est recommandé de :

  • se laver les mains fréquemment ;
  • adopter la distanciation sociale ;
  • tousser ou éternuer dans le pli de son coude ;
  • utiliser des mouchoirs à usage unique ;
  • porter un masque.

A lire aussi :

⋙ Coronavirus : comment bien choisir son gel hydroalcoolique ?

⋙ Chloroquine, vaccin… Où en sont les traitements contre le coronavirus ?

⋙ Coronavirus : la liste des hôpitaux mobilisés près de chez vous

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet