Crop top à l'école : Emmanuel Macron demande une "tenue décente exigée", polémique au gouvernement et au sein de la classe politique

C’est sûr et certain, l’été est bien là, le débat autour des crop tops est de retour. 

L’été arrive, les crop tops (tee-shirt au-dessus du nombril) sont de sortie, et ce, également au collège et au lycée. Comme chaque année, lorsque le soleil s’installe, le débat autour des tenues à l’école aussi. Il perdure, il est tenace, mais pourquoi ? Puisque personne n’est d’accord, ni même au gouvernement… Si Emmanuel Macron ne parle pas d’une “tenue républicaine” comme l’avait fait son Premier ministre Jean Castex en septembre dernier, il ne semble pas emballé par les nombrils apparents. Dans un entretien publié par le magazine Elle jeudi, le chef de l’État a fait part de ses convictions : “À l’école, je suis plutôt “tenue décente exigée”, aussi bien pour les filles que pour les garçons”. Il n’en fallait pas plus pour décrédibiliser certaines de ses ministres, on vous explique…

Le Président @EmmanuelMacron se dit « hostile au crop top », et souhaite que les filles portent des tenues « décentes ». Ni trop couvertes, ni trop découvertes… Nous devons donc être DÉCENTES. La liberté des femmes est égratignée par tous ces débats qui ne concernent qu’elles.

C’est quoi encore cette histoire de Macron qui proteste contre le crop top ?! Après le burkini et le voile : c’est plus un gouvernement, c’est les reines du shopping. Jpp

“Aujourd’hui lundi 14 septembre, des jeunes filles ont décidé spontanément partout en France de porter jupes décolletés crop top ou maquillage pour affirmer leur liberté face aux jugements & actes sexistes. En tant que mère, je les soutiens avec sororité & admiration, avait tweeté Marlène Schiappa, l’an dernier, suite à la polémique de la “tenue républicaine” made in Jean Castex. Pourtant, c’est un retournement de veste pour la ministre qui a déclaré hier : “Le président répond que pour les filles comme pour les garçons il doit y avoir une égalité, sa réponse me convient très bien”. Au sein de la classe politique également, certains sont vite montés au créneau comme Jean-Luc Mélenchon. “Alors, maintenant, nous avons deux penseurs de l’habillement féminin, l’ayatollah Khomeini, suivi de l’ayatollah Khameini, et monsieur Macron qui décide de la longueur à partir de laquelle une jeune femme ou une jeune fille ou une fillette se comporte d’une manière décente ou non”, a-t-il lancé hier. Énième débat, que l’on reverra sûrement l’été prochain tout comme celui des burkinis…

Aujourd’hui #lundi14septembre des jeunes filles ont décidé spontanément partout en France de porter jupes décolletés crop top ou maquillage pour affirmer leur liberté face aux jugements & actes sexistes.En tant que mère, je les soutiens avec sororité & admiration ???????????? pic.twitter.com/rSh6HnAJmK

Source: Lire L’Article Complet