Dans "le monde d’après", les enfants portent des prénoms influencés par la Covid-19

Le confinement a fait naître un désir de retour à la nature qui se répercutera dans le choix des prénoms des nouveau-nés, selon Stéphanie Rapoport et Claire Tabarly-Perrin. Les auteures de L’Officiel des prénoms 2021 misent aussi sur les prénoms des années 1930, en hommage aux victimes de la pandémie.

La Covid-19 aura des conséquences sur les attributions de prénoms pour les nouveau-nés de 2021. C’est une certitude pour Stéphanie Rapoport et Claire Tabarly-Perrin. Pour autant, les auteures de L’Officiel des prénoms 2021 ne prévoient pas une vague de petites «Corona» ni de «Jean-Covid» aux bureaux de l’état civil l’an prochain. Qu’on se rassure donc, les mots-clés de la pandémie et du confinement détournés en prénoms ne devraient pas fleurir sur les listes d’appel des écoles, en dehors de l’Inde et des Philippines. Toutefois, en France, les stigmates de la pandémie vont s’ancrer dans la mémoire collective via les prénoms des bébés à naître : des classiques des années 1930, et d’autres plus rares et… verdoyants. Explications.

Hommage aux aînés

Pour certains couples, 2020 restera l’année de l’heureuse nouvelle de la grossesse, mais aussi celle du deuil d’un proche parent. Les aînés, premières victimes de la pandémie de Covid-19, pourraient donc être mis à l’honneur par les néo-parents de 2021, qui auront plus que jamais envie de choisir un prénom porteur de l’histoire familiale. Cette pratique, qui est déjà une coutume dans certaines cultures et régions – en Corse notamment –, est appelée à se généraliser. Stéphanie Rapoport et Claire Tabarly-Perrin tablent ainsi sur un regain de petites Angèle, Colette, Hélène, Nicole et Marguerite et de jeunes Alfred et Jacques.

En vidéo, ces célébrités qui attendent un enfant en 2020

Ce phénomène pourrait même rendre tout leur lustre à certains prénoms anciens, sortis de l’oubli ces dernières années, tels que Madeleine, Suzanne, Marcel, Joseph, Félix, Émile, Lucien et Pierre.

De quoi les rapprocher des 50 prénoms les plus donnés selon les auteures. Dans ce groupe, Marius, Victor et Jeanne devraient connaître un regain de popularité. Pour autant, il leur sera difficile de détrôner Louise, troisième prénom le plus attribué en 2019 selon l’Insee.

Des prénoms pour célébrer la nature

Les nouveau-nés conçus – ou désirés – pendant le confinement pourraient recevoir un prénom symbolisant les aspirations de leurs parents au sortir de cette épreuve atypique – à commencer par celle d’un retour à la nature. Autrement dit, ceux qui évoquent la flore, l’environnement, le cosmos ou encore le temps qui passe… Stéphanie Rapoport et Claire Tabarly-Perrin parient d’ores-et-déjà que Rose et Iris figureront dans le top 20 des prénoms les plus donnés en 2021, tout comme Eden chez les garçons.

D’autres resteront plus confidentiels, car promis à 30 enfants tout au plus : Amaryllis, Mirabelle, Prunelle, Framboise et Orchidée ; Éole et Winter. Des prénoms jamais enregistrés à l’état civil devraient y faire leur apparition, selon elles : Automne, Étoile, Cassis, Lune et Summer pour les filles, Abriel, Cosmin, Orion, Syrius et Zéphyr chez les garçons. Bienvenue à eux dans «le monde d’après».

Source: Lire L’Article Complet