« Dash & Lily », la rom com de Noël qui va donner envie de lire aux ados

C’est probablement la meilleure rom com de Noël de l’année. Dash & Lily, disponible depuis le 10 novembre sur
Netflix, a été propulsé dans le top 10 des contenus les plus vus de la plateforme de Los Gatos. D’une part, parce que c’est une série feel good, qui ne pouvait pas mieux tomber dans ce climat anxiogène du
confinement. D’autre part, parce que cette rom com de Noël n’est pas tout à fait comme les autres et risque bien de donner aux ados (et à leurs parents) des raisons de militer en faveur de la réouverture des librairies. Explications.

Dash & Lily, série produite par Nick Jonas (Oui, celui des
Jonas Brothers), est l’adaptation du livre Dash & Lily’s Book of Dares de David Levithan et Rachel Cohn, à qui l’on doit déjà la rom com culte Une Nuit à New York.

Une romance qui commence dans le rayon Salinger d’une librairie

Cette romance pour ados de la génération Z commence lorsque Dash (Austin Abrams, vu notamment dans The Walking Dead, Euphoria et This Is Us) découvre un mystérieux carnet rouge dans la section
Salinger de la célèbre librairie Strand de Manhattan quelques jours avant Noël.

Ce n’est pas un hasard s’il traîne précisément dans ce rayon. Dash tient beaucoup d’Holden Caulfield, le héros de L’Attrape-cœur, universellement reconnu comme un symbole de rébellion et de l’angoisse chez les adolescents.

Ce carnet rouge a été laissé par Lily (Midori Francis, repérée dans Younger), une gamine new-yorkaise tout aussi livresque que Dash, entre deux exemplaires de Franny and Zooey de Salinger. Lily y a laissé une série d’énigmes à résoudre et de défis à relever. Commence ainsi une correspondance par l’entremise du carnet rouge où chacun écrit ce qu’il ressent et où ils se lancent des défis.

La crise existentielle de deux adolescents solitaires

Dash et Lily sont tous les deux solitaires, chacun à sa manière. Comme Holden dans L’Attrape cœur, Dash est un arrogant désabusé qui aime corriger les employés de la librairie pour avoir incorrectement rangé Gabriel Garcia Marquez à la lettre « M » au lieu de « G ».

Comme Holden, Dash veut éviter d’affronter ses parents, divorcés. Il a dit à son père qu’il passerait les fêtes avec sa mère, et inversement. Grâce au carnet de rouge de Lily, il va comme Holden déambuler dans tout New York à la veille des fêtes. Ce fils de famille aisée cherche moins à enfreindre les règles qu’à vivre sa crise existentielle.

La grande famille multiethnique de Lily a beaucoup en commun avec la famille Glass imaginée par l’écrivain américain dans sa série de nouvelles. Lily est une paria optimiste qui trouve du réconfort au sein de sa famille et des adultes qui l’entourent.

Alors qu’elle adore célébrer Noël avec les siens, ses parents se sont envolés pour les Fidji, la laissant seule avec son frère aîné. Comme Zooey, le frère de Franny dans le récit de Salinger, ce dernier va pousser sa sœur à sortir de sa coquille. De son côté, Dash trouve un complice en son patient meilleur ami Boomer (Dante Brown).

Une errance romantique dans New York des fêtes de Noël

Avec son arc prévisible et sa prédilection pour les coïncidences, Dash & Lily aurait pu sombrer dans le sirupeux. Ce qui fait de cette série une rom com rafraîchissante, c’est son troisième protagoniste, New York.

Nos deux héros vont partir à la recherche d’eux-mêmes au travers un jeu de piste géant à l’échelle de la ville, avec des défis à réaliser afin de trouver le prochain lieu de dépôt du carnet rouge. Ce qui maintient la série en équilibre, c’est l’authenticité du New York pluriculturel et contemporain qu’elle dépeint. (Ah, cet improbable show punk de Hanoukka dont tous les amoureux de la grosse pomme vont rêver alors qu’il est impossible de la visiter en 2020)

Et puis, il y a toutes ces références old school très cool : les DVD, la franchise Die Hard et cette bande-son qui va de River de Joni Mitchell à Fairytale of New York de The Pogues. Nul doute que Dash & Lily est la rom com de Noël idéale à mater avec vos ados. Ne soyez pas étonnés que ces derniers militent ensuite pour la réouverture des librairies et dévalisent le rayon Salinger !

 

Source: Lire L’Article Complet