De Niort à Saint-Cyr, sur les traces de Madame de Maintenon

Niort, sa ville natale, et d’autres lieux en France gardent le souvenir de l’épouse secrète de Louis XIV.

Restez informée

A Niort, de la geôle au château

La petite-fille d’Agrippa d’Aubigné, poète et compagnon d’armes d’Henri IV, naît en novembre 1635 à la conciergerie de la prison de Niort, où son père, Constant d’Aubigné, est incarcéré pour la troisième fois. En 1638, sa mère, ne pouvant s’occuper d’elle, la confie à la sœur de son mari. C’est ainsi que Françoise passe plusieurs années de son enfance au château de Mursay, un logis médiéval situé à dix kilomètres de sa ville natale. Entourée de l’affection de son oncle, de sa tante et de ses quatre cousins, la future courtisane mène une existence simple et paisible, rythmée par les travaux agricoles et les prières. En 1643, Constant d’Aubigné, libéré, rassemble sa famille à La Rochelle.

En Martinique, la « Belle Indienne »

L’aventureux D’Aubigné ambitionne de faire fortune dans la canne à sucre. En 1644, il embarque donc avec femme et enfants pour Marie-Galante puis Le Prêcheur en Martinique. Il ne tarde pas à les abandonner et en 1647, ils rentrent en France dans le plus grand dénuement. Françoise est placée au couvent des Ursulines, à Niort, puis à Paris. Grâce à sa marraine, celle qu’on surnomme la « Belle Indienne » fréquente les salons littéraires de la capitale. Elle y rencontre le poète Paul Scarron, de vingt-cinq ans son aîné, qu’elle épouse en 1652.

A Versailles, Madame de Maintenant

Veuve en 1660, Françoise se lie d’amitié avec la marquise de Montespan, rencontrée dans les salons précieux. En 1669, cette dernière accouche d’un enfant conçu avec Louis XIV, son amant. Elle en confie l’éducation à son amie, qui deviendra la gouvernante des quatre enfants du couple adultérin. Lorsque le souverain les reconnaît en 1674, elle les suit à la Cour et achète le domaine de Maintenon, grâce à une gratification royale. Alors que la favorite tombe peu à peu en disgrâce, Françoise séduit le roi par sa douceur et sa conversation, ce qui lui vaut le surnom de Madame de Maintenant. Veuf en 1683, Louis XIV épouse peu après, dans le plus grand secret, celle qui l’accompagnera jusqu’à sa mort en 1715.

A Saint-Cyr, l’institutrice royale

L’opulence de la Cour n’a jamais fait oublier à la presque reine son enfance miséreuse. En 1686, elle fonde à Saint-Cyr, tout près du château de Versailles, la maison royale de Saint-Louis, un pensionnat pour les jeunes filles pauvres de la noblesse militaire. L’ institutrice royale fait dispenser à ses 250 protégées un enseignement qui fera d’elles de bonnes épouses et mères de famille, capables de tenir une conversation comme de gérer un domaine. Fin août 1715, peu avant la mort du roi, elle quitte Versailles pour se retirer définitivement à Saint-Cyr, où elle s’éteint quatre ans plus tard.

A lire aussi :

⋙ 5 astuces pour être une parfaite courtisane

⋙ Dans les coulisses du rêve : Versailles

Article paru dans le numéro Femme Actuelle Jeux Histoire n°15 septembre-octobre 2020

Source: Lire L’Article Complet