D'où viennent les variants du Covid-19 et comment les freiner ?

Depuis le début de la pandémie, le Covid-19 a muté, donnant naissance à des variants plus virulents et contagieux. Pour ELLE, Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital de Garches (Hauts-de Seine), explique comment naissent les variants et comment les contrôler.

ELLE. Les variants Alpha et Delta, dont on a beaucoup parlé, sont des mutations du Covid-19 originel. Comment un virus peut-il muter ?  

Benjamin Davido. L’évolution d’un virus est une erreur au recopiage. Initialement, on pensait que les mutations du Covid-19 étaient extrêmement peu probables, ou qu’il y aurait une dominante et que ça s’arrêterait là, parce que le virus est porteur d’une protéine, l’ARN polymérase. Elle corrige ces « erreurs de recopiage » quand le virus circule, et donc ne le fait pas muter. Finalement, il y a d’autres phénomènes qui interviennent au-delà de l’action de cette protéine, car l’être humain est un incubateur à variants. Notamment chez les personnes immunodéprimées, parce que la réponse immunitaire va être imparfaite. On va avoir des anticorps qui vont moins bien fonctionner, ce qui va permettre au virus d’échapper à la réponse immunitaire et à ces anticorps.  

Les éléments qui vont contribuer à augmenter cette probabilité de mutation du virus, c’est aussi la quantité de virus circulant. Quand vous avez beaucoup de virus en circulation, la probabilité de voir apparaître une mutation est forcément plus forte, puisque vous avez plus de cas.  

Vous noterez que les pays qui ont en premier eu des variants sont le Royaume-Uni, qui avait parié sur l’immunité collective, et le Brésil, avec tout ce que l’on sait de la politique de Bolsonaro. Des variants se sont développés en Afrique et notamment en Afrique du Sud, qui est le premier pays, en termes de chiffres, atteint par le virus du sida, avec des gens qui ont des troubles de l’immunité. Enfin en Inde, il y a une grande quantité de virus parce qu’il y a une grande densité de population, et qu’on a laissé circuler le virus.  

Lire aussi >> C’est mon histoire : « Le coronavirus m’a ouvert les yeux sur mon mari »

ELLE. Comment fait-on pour que d’autres variants ne se développent pas ?  

Vidéo: GALA VIDEO -Le Covid ou la Covid ? Suprenant fou rire chez Léa Salamé ! (Gala)

  • GALA VIDEO – Familles nombreuses, la vie en XXL : Pellissard, Dol, Gayat… comment les familles sont-elles sélectionnées ?

    Gala

  • GALA VIDEO – Léa Seydoux atteinte d'une « forme d'autisme " ? Elle évoque ses « petits TOC "

    Gala

  • GALA VIDEO – PHOTO – Laeticia Hallyday face au bonheur : ce cliché poétique pris par Jalil Lespert.

    Gala

  • GALA VIDEO – Avant Delphine Jubillar, ces femmes disparues dont le corps n'a jamais été retrouvé

    Gala

  • GALA VIDÉO – Christian Audigier : qui est Nathalie Sorensen, sa dernière épouse ?

    Gala

  • GALA VIDEO – "Vaccinez-vous !" : Christian Clavier lance un appel à Pascal Praud

    Gala

  • GALA VIDÉO – « On se dit les choses " : Alexandra Lamy sans tabou avec sa fille Chloé Jouannet

    Gala

  • GALA VIDEO – Le saviez-vous ? O. J. Simpson condamné à 33 ans de prison mais pas pour le meurtre de sa femme

    Gala

  • GALA VIDEO – Karine Lacombe : son avis tranché sur la vaccination pour les soignants

    Gala

  • GALA VIDÉO – "Une méthode indigne" : Xavier Bertrand dans la ligne de mire

    Gala

  • GALA VIDÉO – "Oh le carnage!" : Olivier Minne abasourdi par un candidat de Fort Boyard déchaîné

    Gala

  • GALA VIDEO – « La rentrée, ce sera trop tard " : le Pr Arnaud Fontanet tire la sonnette d’alarme

    Gala

  • GALA VIDEO – Tout le monde veut prendre sa place : Laurence Boccolini tease les fan

    Gala

  • GALA VIDEO – Accusé d'être l'amant de Delphine Jubillar, il vit un véritable enfer !

    Gala

  • GALA VIDEO – Piercings et tatouages : Carla Bruni ne transigera pas avec ses enfants !

    Gala

  • GALA VIDEO – "Allez, on chante !" : Pascal Praud improvise un boeuf avec Didier Barbelivien

    Gala


  • GALA VIDEO – Familles nombreuses, la vie en XXL : Pellissard, Dol, Gayat… comment les familles sont-elles sélectionnées ?
    GALA VIDEO – Familles nombreuses, la vie en XXL : Pellissard, Dol, Gayat… comment les familles sont-elles sélectionnées ?


    Gala


  • GALA VIDEO – Léa Seydoux atteinte d'une « forme d'autisme " ? Elle évoque ses « petits TOC "
    GALA VIDEO – Léa Seydoux atteinte d'une « forme d'autisme " ? Elle évoque ses « petits TOC "


    Gala


  • GALA VIDEO – PHOTO – Laeticia Hallyday face au bonheur : ce cliché poétique pris par Jalil Lespert.
    GALA VIDEO – PHOTO – Laeticia Hallyday face au bonheur : ce cliché poétique pris par Jalil Lespert.


    Gala

VIDÉO SUIVANTE

B.D. Si la cause majeure des mutations est la circulation du virus, il faut vacciner massivement pour diminuer cette circulation. On n’a pas d’autre solution. Les masques ne sont pas suffisants, on ne peut pas se suturer la bouche du matin au soir… Donc la meilleure solution c’est de se vacciner pour se protéger et diminuer la probabilité de porter le virus.  

S’il y a d’autres variants, on fera une mise à jour du vaccin. Ce qu’il faut, si on veut faire en sorte que le virus ne bouge plus, c’est qu’il se retrouve dans une situation où il n’y a pas assez de réplications, de copies, pour qu’il puisse muter. Le vaccin est bien la meilleure arme, je n’en vois pas d’autre. 

ELLE. Dire que le virus mute parce qu’il réagit aux vaccins, c’est faux ?  

B.D. On ne peut jamais dire jamais, mais les vaccins restent globalement très efficaces face aux variants. Si les mutations étaient une simple réponse à la vaccination, les vaccins auraient été très clairement neutralisés, or ils restent très efficaces face aux formes graves. En réalité, ce scénario catastrophe, qu’on a beaucoup évoqué, est peu probable puisqu’on est capable de modifier à l’infini les vaccins.  

Le virus ne va pas faire la différence entre quelqu’un qui a eu un vaccin et quelqu’un qui a eu la maladie. Il essaie plutôt de se faire une place. Qu’a-t-il obtenu ? Il n’a pas annihilé les vaccins. En revanche, il est plus transmissible, donc il a bien eu un gain. Il arrive à se frayer un chemin dans la population, mais vous avez douze fois plus de chances de vous contaminer avec quelqu’un qui n’est pas vacciné qu’avec quelqu’un de vacciné, donc si on fait parler les chiffres, ça veut bien dire que le variant cible les non-vaccinés.  

ELLE. Est-il possible d’estimer pendant combien de temps la situation peut encore durer, le virus muter ?  

B.D. Si vous prenez l’exemple d’Ebola, il a fallu trois ans pour contrôler l’épidémie, en Afrique, sur un seul continent. Donc pour une pandémie, en général il faut au moins cinq ans. Dans les pays développés on peut imaginer très clairement qu’après trois ou quatre vagues et un vaccin, on arrive à contrôler les choses de façon durable. Mais cela va être compliqué parce que les incubateurs à variants sont dans les pays qui ont peu de ressources. Il va donc falloir qu’on arrive à produire suffisamment de vaccins pour pouvoir inonder ces pays. Cela va prendre du temps si on veut écraser durablement le virus. Pour éradiquer des maladies comme la variole, on a mis plusieurs décennies.  

Et puis, il y a une nuance entre contrôler l’épidémie et l’éradiquer. Avec un vaccin avec une puissance de frappe très rapide, on peut imaginer qu’en 2022 on aura bien avancé et terminé nos campagnes de vaccination, et qu’on sera sur un schéma de rappel. Maintenant quand vous voyez l’Afrique avec seulement 0,8% de sa population vaccinée en six mois, vous imaginez le temps qu’il va falloir pour vacciner l’ensemble de la population.  

Source: Lire L’Article Complet