Féminicide : La femme de 22 ans tuée en pleine rue avait déjà porté plainte contre son conjoint

C’est le 43ème féminicide depuis le 1er janvier, et le suspect était comme souvent connu des services de police…

Dans la nuit de lundi, une femme de 22 ans et mère d’une enfant de 4 ans a été assassinée en pleine rue. Poignardée à 5 reprises à proximité de son domicile à Hayange en Moselle, Stéphanie a succombé à ses blessures : “Les pompiers ont été prévenus à 00H40, mais la victime était déjà en arrêt cardiaque quand ils sont arrivés sur place. Ils sont restés jusqu’à 3H00 du matin”, a expliqué le maire de la ville, Fabien Engelmann. Son compagnon, le suspect principal, a été placé en garde à vue pour “homicide par conjoint”. L’homme était bien connu des services de police, c’est le cas pour la majorité des féminicides en France.

https://www.instagram.com/p/CPQT48_gVkV/

Une publication partagée par NousToutes (@noustoutesorg)

https://www.instagram.com/p/CPQioPFg5FN/

Une publication partagée par NousToutes (@noustoutesorg)

D’origine Serbe, l’homme de 23 ans avait obtenu le statut de réfugié politique en France. En novembre 2020, il avait été condamné à de la prison ferme pour des délits routiers graves : conduite sans permis, état d’ivresse, excès de vitesse, etc… Après plusieurs demandes d’aménagement de peine, le suspect avait obtenu gain de cause et portait un bracelet électronique à son domicile depuis le 12 mai. Début 2021, Stéphanie avait porté plainte auprès du commissariat local pour des faits de menaces de mort. Elle aurait été contactée par un intervenant social, mais n’aurait pas donné suite aux démarches entreprises, selon le procureur de Metz. L’assassinat de Stéphanie est le 43ème féminicide depuis le début de l’année, un événement qui aurait pu être évité et qui met en colère l’opinion publique et les collectifs féministes…

Source: Lire L’Article Complet