Féminicides : une jeune femme de 18 ans égorgée par son conjoint alors qu'elle tentait d'alerter les pompiers

Elle avait composé le numéro des pompiers, tenté de réclamer de l’aide, mais la communication s’était soudainement coupée, avant qu’elle ne confie son adresse, ni même le nom de sa ville, indique RTL. Le drame s’est déroulé à Carrière-sur-Seine, dans les Yvelines.

Coup de couteau mortel

Dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 août 2022, une jeune femme de 18 ans a été tuée par son petit-ami de 20 ans, d’un coup de couteau au niveau de la carotide, a révélé Le Parisien.

Sans information sur la localisation de la victime, les policiers ont réussi à se rendre à sur les lieux du crime grâce à son numéro de téléphone portable – puisqu’elle avait appelé les pompiers -, et le témoignage d’une voisine, qui, aux alentours de 3 heures du matin, leur a téléphoné et leur a affirmé « entendre des bruits de dispute et des cris étouffés dans l’appartement du dessus ».

La découverte du corps de la victime et l’arrestation du petit-ami

Arrivés à l’appartement après avoir été orientés par cette source, les policiers ont découvert le corps de cette dernière, gisant de sol de la cuisine, dans une mare de sang. Les forces de l’ordre ont trouvé un couteau de cuisine ensanglanté.

Ils sont tombés également sur le conjoint, qui leur a ouvert la porte, et un ami de celui-ci, âgé de 21 ans. Le premier a déclaré aux forces de l’ordre « avoir fait une connerie ».

Dimanche 21 août, deux hommes ont été interpellés, avant d’être placés en garde à vue, a indiqué le parquet de Versailles (Yvelines), corroborant des sources policières de l’Agence France-Presse (AFP), relayée par Ouest-France

Jusqu’alors inconnu des services de police, le suspect a été mis en examen pour homicide par conjoint lundi 22 août, a confirmé le parquet de Versailles à l’AFP, ensuite citée par BFM TV. Le parquet a requis son placement en détention provisoire. Quant à l’ami retrouvé au domicile, il a été libéré, sans aucune charge retenue contre lui.

D’après le décompte du collectif #NousToutes, il s’agirait du 85ème féminicide depuis le début de l’année 2022.

102 femmes ont été victimes de féminicides en 2020, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, qui ne recense que les affaires jugées. 

  • Affaire Nathalie Debaillie : chronique d’un féminicide (très) annoncé
  • « Je me sens comme une rescapée » : le traumatisme des orphelins de féminicides

Source: Lire L’Article Complet