Feux d'artifice, fêtes de village… Sont-ils autorisés cette année ?

Face à la circulation active du variant Delta, feux d’artifice, fêtes de village et bals risquent cette année encore d’être compromis dans certaines communes. On fait le point.

Restez informée

Le coronavirus risque une nouvelle fois de jouer les trouble-fête… nationale et municipale. En effet, face à la reprise de l’épidémie de Covid-19, poussée par le très contagieux variant Delta, les festivités de l’été comme les feux d’artifice et fêtes de village risquent d’être compromises.

Les feux d’artifice annulés ?

Après des semaines de préparation, et une regain d’espoir suite à l’allégement des restrictions sanitaires mis en place depuis le 1er juillet, la nouvelle est difficile à encaisser. Les feux d’artifice prévus ces prochains jours à l’occasion de la fête nationale essuient de nombreuses annulations de dernière minute suite à la circulation du variant Delta. Alors tirera ? Tirera pas ? Tout dépend des municipalités. Si à Paris, les feux d’artifice auront bel et bien lieu ce mercredi soir, ce n’est pas le cas dans toutes les communes. Certaines préfectures ont déjà fait le choix d’annuler les feux d’artifice prévus dans le département, notamment dans le Nord ou dans les Landes où un arrêté préfectoral interdit les rassemblements debout jusqu’au 21 juillet. Les villes comme Pontivy, La Roche-sur-Yon, Nancy, Brest ou Nantes ont également suivi le mouvement. Au Havre, le feu d’artifice n’a tout simplement jamais été programmé pour la deuxième année consécutive. Certaines municipalités comme Toulouse ou Annecy ont préféré miser sur la dispersion plutôt que l’annulation : les feux d’artifice seront répartis dans toute la ville. Pour les communes qui tiennent à conserver leurs feux d’artifice, le protocole risque d’être plus ou moins strict : pass sanitaire, port du masque… Mieux vaut donc vous renseigner auprès de votre mairie avant de vous rendre sur place.

Et pour les fêtes de village ?

Pour le moment, les fêtes de village ne sont pas interdites mais feront l’objet d’un protocole sanitaire strict. Le port du masque restera ainsi obligatoire ainsi que la distanciation physique, avec une jauge de quatre mètres carrés par spectateur (sauf famille) est de rigueur. Les traditionnelles buvettes seront ouvertes mais les consommations ne pourront pas avoir lieu au comptoir. En outre, du gel hydroalcoolique sera mis à disposition par les municipalités afin que les danseurs puissent se désinfecter les mains avant de changer de cavalier lors des bals. Ces exigences difficilement gérables ont poussé de nombreux maires à annuler leurs festivités. C’est le cas pour certaines fêtes votives dans le Gard et dans l’Hérault par exemple.

Reste encore que ces décisions risquent d’évoluer selon les annonces d’Emmanuel Macron de ce lundi soir.

Source: Lire L’Article Complet