Hall of Game : Les jeux indés avec les plus beaux graphismes

Qui a dit qu’avoir de beaux graphismes était l’apanage des productions AAA ? Dans le monde du jeu indépendant, il existe de nombreux titres qui ont su nous prouver, au fil du temps, que moins de moyens ne rime pas forcément avec jeux moins beaux.

Les préjugés ont la vie dure, y compris dans le milieu du jeu vidéo. Si les jeux indépendants ont connu un bel essor au cours de ces dernières années, il existe encore de trop nombreux joueurs qui ont tendance à stigmatiser ce secteur, notamment en raison de son manque de moyens. Pourtant, peu de moyens ne signifie pas forcément de mauvais résultats, bien au contraire. Il existe même un très grand nombre de jeux indés qui sont là pour en témoigner. La preuve par cinq avec ces titres indépendants qui s’accompagnent de graphismes tout simplement exceptionnels.

Ori and the Will of the Wisps

Existe-t-il meilleur exemple que celui-là ? Avec Ori and the Will of the Wisps, Moon Studios a prouvé qu’il était parfaitement possible de créer un jeu indé qui en mette plein les yeux. Enchaînant les environnements dignes des plus beaux tableaux couplés à de somptueux effets de lumière, ce titre en arrive presque à devenir une œuvre d’art à lui tout seul. D’une beauté poétique à toute épreuve.

Hellblade: Senua’s Sacrifice

La présence d’Hellblade: Senua’s Sacrifice peut étonner et pourtant, il s’agit bel et bien d’un jeu indé. Avec ce titre, Ninja Theory rivalise sans conteste avec certaines des plus grosses productions AAA pour nous plonger dans le cauchemar de Senua, qui s’enfonce dans les enfers de la mythologie nordique. C’est sombre, c’est violent, c’est peu accueillant. Mais c’est toujours diablement beau.

It Takes Two

Véritable bijou d’un point de vue gameplay, It Takes Two s’impose également comme une pure réussite visuelle. Les environnements s’enchaînent et ne se ressemblent pas dans cette aventure qui nous fait découvrir le monde qui nous entoure avec un regard d’une créativité sans fin. Qu’il soit calme et contemplatif ou vif et explosif, ce jeu indé reste une claque visuelle en toutes circonstances.

A Plague Tale: Innocence

À l’instar d’Hellblade, A Plague Tale: Innocence n’a rien d’un jeu indé en apparence. C’est pourtant le cas. Le voyage d’Amicia et Hugo au cœur de cette France moyenâgeuse infestée par les rats ruisselle tellement de détails élaborés avec une grande finesse qu’on en oublie rapidement qu’il ne s’agit pas d’un AAA. Un bel exemple du savoir-faire français que l’on doit à Asobo Studio.

Little Nightmares 2

Little Nightmares 2 fait partie de ces jeux indés dont la patte artistique est immédiatement reconnaissable. Toujours sombre, morne et inquiétant, le dernier titre de Tarsier Studios nous plonge pourtant paradoxalement au cœur d’un univers tristement séduisant où chaque élément, chaque plan et chaque jeu de lumière a un rôle à jouer. Et c’est d’ailleurs tout ce qui fait son charme.

Source: Lire L’Article Complet