Harcèlement, bagarre, insultes : 3 réflexes à adopter quand on assiste à une agression dans la rue

Que faire lorsque l’on est témoin d’une agression physique ou verbale ? Voici ce qui est légalement autorisé ou non lorsque l’on souhaite s’interposer.

Restez informée

Les agressions verbales et physiques ne sont pas rares dans la vie de tous les jours. En témoigne la vidéo qui circule depuis plus de 24 heures qui montre un jeune homme proférant des injures raciales à l’encontre d’une femme noire. Cette dernière a eu le réflexe de filmer l’altercation et de poster les images sur les réseaux sociaux afin d’alerter le public. Malheureusement, cet incident survenu à Cergy n’est pas isolé et il y en a des centaines du même type chaque jour. Que faire lorsque l’on est témoin d’une situation similaire ? Voici 3 conseils donnés par le gouvernement pour vous aider à intervenir en toute sécurité.

Appelez le 17

Si vous assistez à une bagarre par exemple ou une altercation musclée qui présente un danger manifeste pour la victime : appelez tout de suite le 17. Indiquez aux pompiers que vous aurez au téléphone les éléments les plus précis possibles sur votre localisation ainsi qu’un historique des faits. Si la situation vous semble trop dangereuse, préférez passer l’appel de loin, afin d’éviter de vous exposer vous aussi à un danger. Dans le cas où l’agression se déroule dans les transports, vous pouvez déclencher le signal d’alarme lorsque le train est à quai afin de faire intervenir la sécurité.

Intervenez si vous vous sentez en sécurité

Vous vous retrouvez à proximité d’une personne qui se fait insulter, frapper ou harceler ? Si vous ne risquez pas de vous exposer vous-même à un danger, vous pouvez intervenir. La loi prévoit dans l’article 122-5 du Code pénal que “n’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui“. Par contre, le moyen utilisé pour se défendre doit être proportionnel à l’attaque. Ce qui implique que si l’agression est verbale, vous pouvez vous interposer verbalement pour défendre la victime. Dans ce cas, vous ne risquez rien aux yeux de la loi.

Aidez la victime après les faits

Lorsque vous avez porté secours à une personne en situation de détresse, pensez à lui demander si elle va bien. Il est également recommandé de la rassurer et de ne pas minimiser la gravité de l’agression. Si vous n’avez pas encore appelé les pompiers, demandez à la victime si elle est d’accord avant d’engager quelque action que ce soit. Même si elle n’est que très rarement punie et qu’il est compréhensible d’être paralysé par la peur dans ce genre de situation, sachez que la non-assistance à personne en danger est un délit. Il est passible de cinq ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende. De la même façon, “Sera puni des mêmes peines quiconque s’abstient volontairement de porter à une personne en péril l’assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.

A lire aussi :

⋙ Michel Zecler raconte que des policiers l’abordent dans la rue depuis son agression

⋙ Neymar lâché par Nike : une agression sexuelle à l’origine de la fin de ce contrat en or ?

⋙ “On n’arrivait pas à l’arrêter”: deux témoins du féminicide d’Hayange racontent l’horreur du drame

Source: Lire L’Article Complet