Imodium (Lopéramide) : dosage, contre-indications et effets secondaires de cet antidiarrhéique

L’imodium® est un médicament prescrit pour soulager les patients atteints de diarrhée chronique et aiguë. On fait le point sur les indications, les précautions à suivre et les effets secondaires de ce traitement.

Restez informée

L’imodium® est un antidiarrhéique permettant de ralentir le transit intestinal et de réduire les sécrétions intestinales. Ce médicament est prescrit pour traiter la diarrhée aiguë et chronique, mais il doit cependant être associé à des mesures diététiques et à une bonne hydratation. Sur ordonnance, ce médicament est pris en charge à 30% par l’Assurance maladie.

Comment utiliser l’Imodium ?

L’imodium® se présente sous forme de gélules prises par voie orale avec de l’eau. Ce traitement peut également être administré aux enfants âgés de deux à huit ans, mais sous forme de suspension buvable ou “administré directement dans la bouche au moyen de la seringue-doseuse. Pour cela, mettre votre enfant en position assise ou debout, placer la seringue doseuse dans la bouche contre la joue et administrer la solution en poussant lentement le piston”, indique l’encyclopédie Vidal.

Lors de la prise d’Imodium®, il est indispensable de respecter les dosages prescrits par le médecin. A titre d’information, la posologie usuelle en cas de diarrhée aiguë est la suivante :

  • chez l’adulte : il est recommandé de prendre deux gélules, puis une gélule supplémentaire après chaque selle liquide, sans dépasser huit gélules par jour ;
  • chez l’enfant âgé de huit à quinze ans : commencez par une gélule, puis une gélule supplémentaire après chaque selle liquide, sans dépasser six gélules par jour ;
  • chez un enfant âgé de deux à huit ans : la posologie est calculée en fonction de son poids et le traitement est administré uniquement en suspension buvable. Chaque graduation de la seringue doseuse équivaut au poids du jeune patient.

En cas de diarrhée chronique, la posologie varie selon l’âge des patients :

  • chez l’adulte : il est recommandé de prendre une à trois gélules par jour ;
  • chez l’enfant âgé de huit à quinze ans : une à deux gélules par jour peuvent être consommées.

Imodium : quels sont les effets indésirables de ce médicament ?

Plusieurs effets secondaires peuvent être associés à la prise d’Imodium®. Dans 1 à 10% des cas, ce traitement peut provoquer des constipations, des nausées, des flatulences ainsi que des maux de tête. Certains patients peuvent également souffrir de douleurs abdominales, de vomissements, de bouche sèche et d’une éruption cutanée. Dans de rares cas, l’Imodium® entraîne une augmentation du volume de l’abdomen.

Un patient doit cependant arrêter immédiatement le traitement et consulter son médecin dans plusieurs cas de figure :

  • si aucune amélioration des symptômes n’est constatée au bout de deux jours de traitement pour une diarrhée aiguë ;
  • en cas d’apparition de fièvre, de constipation, de distension abdominale, d’occlusion abdominale ou de vomissements pendant le traitement ;
  • en cas de sang ou de glaires dans les selles.

“Vous devez également consulter rapidement votre médecin en cas de soif intense, de sensation de langue sèche. En effet, ces signes montrent un début de déshydratation, c’est-à dire d’une perte importante de liquide due à la diarrhée. Votre médecin jugera alors de la nécessité de vous prescrire une réhydratation qui pourra se faire par voie orale ou par voie intraveineuse”, peut-on lire sur la Base de données publique des médicaments ministère de la Santé et des Solidarités.

Quelles sont les précautions à prendre avec l’Imodium ?

Lors de la prise d’Imodium®, il convient de prendre des précautions, notamment dans certaines situations. Ce traitement peut ainsi altérer la vigilance au volant et interagir avec d’autres substances médicamenteuses telles que la quinidine, le ritonavir l’itraconazole, le kétoconazole, le gemfibrozil et la desmopressine.

“Si vous êtes infecté par le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH), arrêtez immédiatement le traitement dès les 1ers signes de distension abdominale (se traduisant par un gonflement du ventre). En cas d’insuffisance hépatique (mauvais fonctionnement du foie), prévenez votre médecin ; une surveillance médicale étroite peut s’avérer nécessaire en cas de traitement par ce médicament”, est-il écrit sur la Base de données publique des médicaments.

Quelles sont les contre-indications ? L’Imodium® est notamment contre-indiqué en cas de crise aiguë de rectocolite hémorragique, de diarrhée causée par certains antibiotiques ou associée à une fièvre importante, de sang ou de mucus dans les selles. Les professionnels de santé déconseillent l’usage de ce médicament aux patients souffrant d’une inflammation de l’intestin due à une bactérie invasive, allergiques au chlorhydrate de lopéramide. Il ne doit pas être utilisé lorsqu’un arrêt ou une diminution du transit doit être évité.

La prise d’Imodium® est déconseillée pendant la grossesse et l’allaitement sans l’avis médical d’un professionnel de santé. “Si vous découvrez que vous êtes enceinte pendant le traitement, consultez votre médecin, car lui seul peut juger de la nécessité de le poursuivre”, préconise le gouvernement.

Sources : la Haute Autorité de Santé, la Base de données publique des médicaments ministère, l’encyclopédie Vidal

Source: Lire L’Article Complet