La 46e cérémonie des César « pas utile » au cinéma français, selon Bachelot

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot  a estimé mardi que la dernière cérémonie des César,
marquée par plusieurs déclarations et gestes des participants pour crier le désespoir du monde de la culture, « n’a pas été utile au cinéma français ».

« Ce qui m’a frappé, c’est que finalement, le côté “meeting politique” de cette affaire a nui à l’image du cinéma français, alors qu’il est massivement aidé », a déclaré la ministre sur RTL, avançant le chiffre de 1,2 milliard d’euros d’aides au cinéma en 2020.

« Est-ce que vous voyez l’image que cela a donné ? »

« La deuxième chose qui m’a frappé, c’est la rupture avec le public, sur les réseaux sociaux, dans les commentaires, alors que les gens aiment leur cinéma… », a-t-elle ajouté. « Il s’est secrété une antipathie absolument incroyable », selon elle.

« Le cinéma, c’est une industrie, culturelle et créative. Les César sont une vitrine pour vendre notre cinéma à l’international. Est-ce que vous voyez l’image que cela a donnée ? C’est navrant de voir des artistes piétiner leur outil de travail », a-t-elle encore dit.

« No culture, no future »

Vendredi soir, lors de la 46e cérémonie des César, la scène a servi à plusieurs reprises de tribune aux participants qui ont placé la crise sanitaire et la fermeture des lieux de culture (dont les cinémas) au cœur de leurs déclarations.

« No culture, no future » sur le ventre, « rends-nous l’art, Jean » sur le dos : la comédienne Corinne Masiero, alias capitaine Marleau sur le petit écran, a marqué les esprits en ôtant un costume de Peau d’âne sanguinolent, se retrouvant entièrement nue sur la scène pour remettre le prix du meilleur costume.

Le réalisateur Stéphane Demoustier, qui a reçu le César de la meilleure adaptation pour « La fille au bracelet », s’est désolé de ce que l’on puisse « aller chez Zara » mais « pas au cinéma ».

Source: Lire L’Article Complet