La crèche, bénéfique au développement du langage

Les enfants fréquentant la crèche jouiraient de meilleures acquisitions linguistiques, particulièrement chez les enfants défavorisés. A l’inverse, les tout-petits gardés à la maison présenteraient les plus faibles compétences en matière de langage.

Selon les chercheures, le contact avec d’autres enfants et avec des professionnels de la petite enfance proposant des activités éducatives adaptées à l’âge de l’enfant favoriserait ainsi l’enrichissement du vocabulaire. Une découverte qui va plaire aux parents déjà majoritairement friands de ce mode de garde qu’ils trouvent de qualité et préparant bien l’enfant à l’entrée à l’école. Pour autant, le manque de places disponibles dans les crèches de l’hexagone place ce mode de garde en deuxième position derrière les assistantes maternelles. 

 

  • 96% des parents prêts à recommander la crèche de leur enfant

    La crèche est très appréciée des parents, qui peuvent concilier vie familiale et vie professionnelle. Suite aux nombreuses adaptations du protocole sanitaire, les parents sont satisfaits des mesures mises en place, révèle une étude Ipsos pour la Fédération Française des Entreprises de Crèches (FFEC).

Les enfants gardés à la maison, plus à la traîne en vocabulaire

Sur la deuxième place du podium (des acquisitions linguistiques), on trouve les enfants gardés par une nounou privée, suivi par ceux bénéficiant d’une assistante maternelle. Les enfants gardés par leurs parents en revanche, présentent les plus faibles compétences linguistiques. A titre comparatif, les enfants qui fréquentent la crèche sont capables de dire en moyenne 80 mots (soit 6 mots de plus que la moyenne), quand les enfants gardés par leurs parents ne disposent que de 68 mots.

Motricité et comportement : peu de différences entre les modes de garde

Si cette enquête révèle que les enfants gardés en crèche ont également des capacités motrices légèrement supérieures, les écarts se creusent réellement chez les enfants moins favorisés. Côté développement motricité fine, il s’avère que les enfants passés par la crèche ont ensuite de meilleures facultés en écriture, lecture et mathématiques. Ce mode de garde serait donc bénéfique pour bien préparer l’enfant à l’entrée à l’école. A l’inverse, les enfants accueillis en crèche auraient un moins bon comportement général (refus des soins, contestation des réprimandes, agressivité) que les enfants issus d’autres modes de garde. Un revers toutefois non constaté chez les enfants moins favorisés qui s’en sortent mieux à tous les niveaux.

La crèche, un moyen de favoriser l’égalité des chances

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Face à ces conclusions, les chercheurs estiment que fréquenter une crèche pourrait aider les enfants issus de familles défavorisées en réduisant l’impact des disparités socio-économiques sur le développement de l’enfant et en particulier au niveau du langage. Et ce d’autant plus que les enfants défavorisés fréquentent en général moins les crèches que les autres enfants.

Source: Lire L’Article Complet