La détresse des 18-25 ans : 10 pistes pour les aider à se sentir mieux

Particulièrement éprouvés psychologiquement par la crise sanitaire, les jeunes ont un immense besoin d’air et de projets. Aider les autres, réfléchir à soi, recréer du lien, penser autrement… voici nos 10 pistes inspirantes pour agir et se sentir mieux.

Se rendre utile

Danaé, 18 ans, est devenue bénévole pour préparer des paniers solidaires au sein de la paroisse de son quartier à Paris : «Je donne trois heures de mon temps par semaine pour tartiner des sandwichs, confectionner des paniers repas et les distribuer. Je me sens utile, et je relativise…» Réinjecter du sens et du symbolique, cela passe notamment par le lien à l’autre, via le caritatif. Courses pour les personnes âgées dans l’immeuble, cours d’alphabétisation… Le 18 mars, France Télévisions prévoit une grande soirée en prime time pour valoriser les initiatives et écouter la parole des étudiants. France Info leur donne la parole pour des chroniques régulières. Jeunes et plus âgés peuvent aussi se porter volontaires sur Nightline, une ligne de soutien aux étudiants.

Penser visio orientation

Au moment où la quête de sens croise le renouvellement des formations, la start-up Génération Zébrée propose chaque semaine un visio talk en live sur Zoom ou Instagram : des étudiants ambassadeurs y présentent leur parcours scolaire et répondent en direct aux questions.

generationzebree.fr.

Booster sa communauté

Pour créer du lien, pourquoi ne pas augmenter sa communauté sur les réseaux sociaux, et fixer, par exemple, des rendez-vous ? Selon les préceptes de l’influenceuse et manageuse Pauline Laigneau, on rivalise d’inventivité pour créer du contenu exclusif, du partage d’écrans, voire l’organisation de jeux-concours…

Faire son devoir civique

Pour ceux qui ont décroché, ou rêvent de s’engager dans une mission temporaire, pourquoi pas un service civique ? Minimum 6 mois, à partir de 18 ans (parfois 16 ans), mini-forfait (472 € nets) mais maxi expérience (aide aux seniors, accompagnement des étudiants en Erasmus, etc.).

service-civique.gouv.fr.

Restaurer l’imprévu

Le philosophe Charles Pépin, qui a publié La rencontre, une philosophie (Éd. Allary), propose de revisiter son profil Tinder (ou autre appli) pour susciter des matchs inattendus : «On peut se construire un profil moins “carré”, plus allusif, plus poétique… On attirera ceux que l’on n’attendait pas. Une victoire sur le confinement !», promet-il.

Soutien en ligne

Soutien psy gratuit : Apaso (association soutenue par le Crous et la Mutuelle des étudiants). Consultations par téléphone au 01 40 47 55 47.
Happsy line : vidéo-consultation par webcam. apsytude.com
Écoute Étudiants île-de-France : 3 consultations psy gratuites et un éventail de ressources de grande qualité. ecouteetudiants-iledefrance.fr
Nightline France : service d’écoute psy de nuit tenu par des étudiants bénévoles. Action notamment auprès des élèves de classes prépa. nightline.fr

Mieux dormir

Grâce à l’ASMR (Autonomous Sensory Meridian Response), technique anglo saxonne qui propose une BO à partir de petits bruits archaïques (chuchotements, froissements, clappements de langue…) : on se recentre sur le présent, pour éviter de ruminer. Une sorte de méditation abordable. Sur Deezer, Spotify…

Pratiquer la cohérence cardiaque

Cette technique de respiration vient à bout des angoisses (inspirer profondément 5 secondes, puis expirer sur la même durée, pendant 3 minutes). À pratiquer au moins trois fois par jour, et la détente arrive de plus en plus vite. Sur l’appli gratuite RespiRelax.

En vidéo, l’assiette idéal pour lutter contre le stress et la dépression hivernale

Dégoupiller ses idées noires

Avec la thérapie comportementale et cognitive (TCC), on repère ses pensées automatiques négatives – «Je suis seul», «Je n’y arriverai jamais», «Tout le monde s’amuse sauf moi» -, pour les reformuler et essayer de penser autrement. On peut consulter aussi auprès de l’AFTCC (Association française de thérapie comportementale et cognitive).

aftcc.org.

Renforcer son positif

On pratique une séance «gratitude» le soir lors de laquelle on salue les «3 kifs», c’est-à-dire trois moments qu’on a aimés dans la journée. Le cerveau prendra l’habitude de mieux repérer le positif.

Travailler moins, mais mieux

Pause obligatoire (sportive si possible) toutes les 45 minutes. Pour mieux s’organiser, et contrer la solitude, on peut aussi faire appel à un coach.

Merci à Lisa Letessier, psychologue clinicienne, coconceptrice d’Écoute Étudiants Île-de-France.

Source: Lire L’Article Complet