L'amaryllis, une fleur d’hiver

Qu’elles sont séduisantes, ces fleurs majestueuses juchées sur de hautes hampes ! Installées en groupes pour un effet de masse ou mises en valeur à l’unité, les amaryllis apportent à la maison de la gaieté durant une période avare en plantes fleuries.

Restez informée

L’amaryllis, une fleur d’Amérique centrale

Comme le poinsettia, l’amaryllis (ou Hippeastrum) est originaire d’Amérique centrale. C’est une plante à bulbe d’où émerge une tige pouvant frôler le mètre de haut, couronnée de fleurs imposantes rouge franc, blanches, saumon ou rosées. Les feuilles poussent lentement et subsistent au-delà de la floraison.

L’amaryllis, une fleur peu exigeante

Placée dans une pièce ensoleillée, l’amaryllis ne nécessite pas une grande attention : un arrosage deux fois par semaine durant la période de croissance suffit. Lorsque les fleurs sont fanées, coupez la hampe mais pas les feuilles, grâce auxquelles le bulbe se régénère, et arrêtez l’arrosage.

L’amaryllis, une fleur toxique

Un chat ou un chien à la maison ? Soyez prudent et ne les laissez pas jouer avec les bulbes, qui contiennent de la lycorine, provoquant diarrhée, crampes, nausées… Pour les mêmes raisons, ne les mettez pas à la portée des enfants.

L’amaryllis, une fleur qui refleurit ?

Certainement, si le bulbe a pu se revitaliser. Une fois les feuilles sèches, début juillet, coupez-les et placez le pot au sec et au frais jusqu’en octobre. Remettez-le alors dans la maison et recommencez à arroser progressivement.

A lire aussi :

⋙ Nos astuces pour faire refleurir une amaryllis à tous les coups

⋙ Gui, jacinthe, amaryllis… 5 idées de bouquets hivernaux

⋙ Vidéo : un bouquet d’Amaryllis comme les pros

Source: Lire L’Article Complet