Le Cochon qui rit, un jeu qui séduit encore !

Le fameux cochon, qui fêtera bientôt ses 90 ans, amuse toujours autant petits et grands.

Restez informée

Le Cochon qui rit est né en 1932 dans un bouchon lyonnais, un de ces bars-restaurants typiques où l’on mange saucissons et cochonnailles. On y jouait souvent les tournées « au cochon ». Chacun dessinait l’animal au crayon sur une feuille de papier et le complétait selon le tirage des dés. Le dernier à finir son croquis payait un verre aux autres.
Un épicier, Joseph Michel, s’en est inspiré pour créer un jeu qu’il voulait commercialiser dans les bistrots proches de son magasin. La version originale comprend des cochons avec corps en bois et attributs en verre (oreilles, yeux et queue).
Le principe est le même : reconstituer le premier son porcelet. A tour de rôle, on lance trois dés. Il faut au moins un six pour avoir le corps, un as pour chaque patte, œil, oreille et deux as pour la queue. En 1934, son invention est primée au concours Lépine. Pour sa fabrication, Paul, fils de Joseph, fonde les Etablissements Michel à Montluel (Ain). Après la Seconde Guerre mondiale, le plastique remplace le bois. Le jeu gagne en notoriété : 40 000 boîtes sont vendues par an.

Ambiance garantie

En 2009, l’éditeur Dujardin, créateur du Mille Bornes, le rachète à la famille Michel. Il lui donne un petit coup de jeune avec des versions animées. En 2010, Le Cochon qui rit encore plus inaugure cette gamme. Le hasard n’est plus l’unique ressort du jeu, rapidité et réflexes sont sollicités. Il faut appuyer au bon moment sur un groin sonore pour équiper les cochons qui sont affublés d’accessoires, casquettes ou perruque, et incarnent des personnages : bimbo, rocker, supporter de foot, joueuse de lasso. Mais Dujardin a réédité aussi les cochons en bois dans une boîte de luxe au design vintage qui plaît aux inconditionnels de l’original. L’année dernière, Le Cochon qui rit s’est vendu à 75 000 exemplaires, la version Le Cochon qui rit (par 4) étant la plus demandée. La simplicité, l’accessibilité et le caractère transgénérationnel du jeu ont fait son succès.

La version interactive

On joue avec un seul cochon. Selon le picto obtenu au lancer du dé, chacun place des boules de boue sur son ventre. Il faut se débarrasser de son stock avant que le cochon n’explose de rire et ne perde ses pattes. 2 à 4 joueurs.

La version avec un buzzer

Les cochons doivent mettre des déguisements (lunettes, cape, ailes…). Après avoir lancé un dé spécial, on appuie sur le buzzer. Le plus rapide peut soit enlever 1 élément à un autre cochon, soit en ajouter 2 au sien. 2 à 4 joueurs.
Le Cochon qui rit Buzz Party, Dujardin, 29,90 €. Dès 7 ans.

A lire aussi :

⋙ 13 jeux de société à imprimer chez soi gratuitement
⋙ Jeux de société, cartes… 5 bonnes raisons de continuer à jouer !
⋙ Tout savoir sur le jeu de cartes
⋙ Monopoly : à quoi ressemblerait-il aujourd’hui ?

Article paru dans le numéro Femme Actuelle Jeux Animo n°1 mai-juin 2020

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet