Les femmes qui accusent PPDA dans « Libé » lancent une association

Elles veulent libérer la parole dans les médias. Les huit femmes qui ont accusé Patrick Poivre d’Arvor​ de viols, d’agressions et de harcèlement sexuel dans Libération mardi, ont décidé de lancer l’association #MeTooMédias, rapporte
France Inter. Ses statuts ont été déposés mercredi matin.

« On a décidé de créer #MeTooMedias, pas uniquement à propos de PPDA, mais pour toutes les femmes et les hommes qui souffrent silencieusement dans ce milieu médiatique », a expliqué au site de la radio sa présidente la journaliste Emmanuelle Dancourt, l’une des accusatrices dans le dossier de Libé.

Une prise de conscience

« Violences sexuelles : huit femmes accusent PPDA », le dossier paru dans le quotidien, intervient quelques mois après le classement sans suite de
l’enquête préliminaire « pour viols » visant le journaliste. Il fait notamment suite à des propos tenus par l’ex-présentateur du JT de TF1 sur le plateau de Quotidien en mars dernier. « Uniquement de l’anonymat, toujours de l’anonymat. Jamais une personne qui ose venir, les yeux dans les yeux, me dire : « Non, ce n’était pas bien » », déclarait Patrick Poivre d’Arvor. « Ça a été une prise de conscience supplémentaire », explique Emmanuelle Dancourt​ à France Inter.

Ensemble, elles ont donc créé #MeTooMédias pour libérer la parole au-delà de cette affaire. « On veut monter une association et offrir une ombrelle à toutes celles qui ne veulent pas sortir de l’anonymat, mais qui ont besoin de cette sororité », précise-t-elle.

Source: Lire L’Article Complet