L’indémodable Componibili de Kartell

Révolutionnaire par son matériau, le plastique, original par sa forme, cylindrique, le Componibili, ce meuble de rangement hybride édité par Kartell à la fin des années 60, n’en finit pas de séduire… Retour sur cette révolution aussi technique qu’esthétique.

Le design pour réinventer l’époque

1949. En Italie, le design est à l’écoute d’une génération qui veut du neuf et du pratique. Formes folles, couleurs vives et plastiques envahissent les imaginaires de designers pleins d’audace. Parmi eux, il y a elle : Anna Castelli Ferrieri. Elle est l’une des premières femmes à étudier à l’Institut Polytechnique de Milan et à y obtenir son diplôme d’architecture. 

Pionnière en son genre, en 1949, Anna Castelli Ferrieri co-fonde avec son mari Giulio Castelli, la marque Kartell. Initialement dédiée aux articles ménagers, l’entreprise développera son offre de mobilier sous l’impulsion d’Anna Castelli Ferrieri. Elle en imaginera même le nom, le logo, le bâtiment du siège milanais mais surtout quelques uns de ses best-seller aujourd’hui reconnus mondialement.

  • Le Kartell du design
  • Anna Castelli Ferrieri

Aux côtés de Fiat, Olivetti et une poignée d’autres entreprises italiennes en plein essor, Kartell s’affiche alors comme une figure de proue du changement en marche dans une Italie.  Le pays va se relever du chaos idéologique et économique de la Seconde Guerre Mondiale via ces grandes firmes industrielles désireuses d’innover et de renouveler le quotidien des ménages italiens.

Le plastique c’est fantastique

1967. Ingénieur chimiste, Giulio Castelli adore le plastique. Pour lui, ce nouveau matériau offre de multiples possibilités de création. Et quand la couleur vient s’y ajouter c’est le carton assuré.  « Si les hommes ont peur de la nouveauté, il faut leur fournir de la super-nouveauté » aimait-il à dire. En compagnie de designers brillants de sa génération, il a pour volonté de « plastiquer » les ménages avec des produits démocratiques. Anna Castelli Ferrieri sera évidemment l’une des architectes de cette grande ambition d’amélioration constante des intérieurs. «Je me demande toujours si je suis fidèle à mon objectif, qui consiste à améliorer la qualité de vie, d’une manière ou d’une autre, et à ne pas trahir la qualité éthique de mon travail » a t-elle expliqué.

Si les hommes ont peur de la nouveauté, il faut leur fournir de la super-nouveauté

En 1967, la co-fondatrice de Kartell esquisse les premières courbes d’un futur meuble culte et anticonformiste. Carré ou cylindrique, doté de portes coulissantes ou non,  avec roulettes ou pas, empilable et modulaire, ce petit meuble de rangement compile les arguments pour se fondre dans n’importe quel foyer italien. Il fait sa première apparition sous le nom de « Mobili 4970/84 ». Mais entrera dans la légende sous le nom de « Componibili » – comprenez modulaire en italien.

Les premiers Componibili, 1967

La série des Componibili représente un nouveau type de mobilier: ils associent design et matière plastique. Deux caractéristiques emblématiques de l’univers Kartell qui feront de l’entreprise, au fil des décennies, un leader dans ce domaine. Les Componibili sont fabriqués en ABS (acrylonitrile butadiène styrène). Un« matériau vecteur de modernité » pour la créatrice. Facile à colorer, le plastique ABS résiste aux chocs et offre un touché lisse et agréable. Tout pour plaire donc. 

Un meuble de rangement mais pas seulement…

Pour la designer Anna Castelli Ferrieri, « les meubles de rangement empilables, équipés de roulettes, ont permis à chacun de modifier son espace de vie, de le façonner selon ses envies, sans s’encombrer des nombreux conformismes ». Modulaire et assemblable, la tribu de Componibili répondra à la perfection aux exigences de l’époque et des suivantes. 

A l’aube des années 70, refaire le monde passe aussi par refaire son habitat. Fonctionnel, original, coloré, le Componibili séduit toute une génération désireuse de faire évoluer son intérieur avec un meuble de rangement multitâches. Tabouret, table de chevet, table d’appoint, bibliothèque à empiler : ses rôles sont nombreux. Ce meuble se fond dans toutes les pièces de la maison et s’adapte à tous les usages. Son design épuré apporte une touche de modernité dans la chambre à coucher, le salon et même la salle de bains. Cerise sur le gâteau : le componibili se transporte en un tour de main. Il peut être équipé de roulettes.

Les meubles de rangement empilables, équipés de roulettes, ont permis à chacun de modifier son espace de vie, de le façonner selon ses envies, sans s’encombrer des nombreux conformismes

Singulier mais passe-partout, allié des petits espaces comme des grands, ce nomade du décor trouvera toujours où trôner, et ce pendant de très longues décennies… 

Une longévité inégalée

En 1972, le Componobili est exposé au MOMA à New York lors de  l’événement « Italy the New Landscape » qui visait à présenter tout le génie créatif du design italien de l’époque. Si certains des meubles présentés seront relégués aux oubliettes de l’Histoire, le Componobili fera lui de la résistance…

Le Componibili revisité par Fabio Novembre, 2017

Sa plastique cubique, quasi futuriste pour les années 60, accompagne encore aujourd’hui bien des foyers. Fidèle à sa réputation d’entreprise technologiquement innovante, Kartell n’a jamais cessé d’adapter sa pièce culte aux aspirations de chaque génération. Déjà disponible en plusieurs teintes, en 2014, la collection « Precious » l’enrichit de finitions métallisées. En 2017, à l’occasion des 50 ans de ce best-seller, le designer italien Fabio Novembre ajoute au meuble culte un large sourire inspiré de la folie émojis. Plus récemment, en 2019, le Componibili s’offre une seconde jeunesse en se mettant au bioplastique, un matériau naturel et biodégradable. Une manière d’être, un demi-siècle après sa création, toujours à l’écoute des attentes d’une société en constant mouvement. 

Le Componibili bio, 2019

Source: Lire L’Article Complet