Maladie de Lyme : elle augmenterait les risques de trouble mentaux et de suicide

En 2019, près de 50.000 Français ont été touchés par la maladie de Lyme selon l’Assurance maladie. Sans traitement adapté, cette pathologie peut provoquer des atteintes articulaires, neurologiques et cardiaques. Une récente étude américaine et danoise a indiqué que cette affection pourrait également favoriser l’apparition de troubles mentaux.

Restez informée

La maladie de Lyme est transmise à l’humain par le biais d’une morsure de tique infectée par une bactérie de la famille des spirochètes. Pendant les 30 jours suivant la morsure, un érythème, à savoir une plaque rouge et arrondie, peut apparaître sur la peau. Un traitement par antibiotique est généralement recommandé pour éviter les risques de complications. En l’absence de traitement, des troubles neurologiques, articulaires et cutanés peuvent survenir.

Des chercheurs de l’Université de Columbia (États-Unis) et du Centre de recherche sur la santé mentale de Copenhague (Danemark) ont récemment alerté sur des effets neuropsychiatriques qui pourraient être causés par la maladie de Lyme. Les résultats de leurs travaux ont été publiés dans l’American Journal of Psychiatry.

Une hausse des risques de dépression ou de troubles bipolaires associée à la maladie de Lyme

Pour les besoins de ces recherches, les scientifiques ont analysé les dossiers médicaux de 7 millions de Danois sur une période de 22 ans. Ils ont comparé les données de santé des patients ayant été touchés par la maladie de Lyme et des personnes ne l’ayant jamais contractée. Les malades avec des antécédents de troubles mentaux ou de suicide avant le diagnostic ont été exclus de cette étude.

“Il est temps de ne plus considérer la maladie de Lyme comme une simple maladie qui ne provoque qu’une éruption cutanée (…) En plus du risque de graves problèmes cardiaques, rhumatologiques et neurologiques, la maladie de Lyme peut également causer de graves problèmes de santé mentale”, a affirmé le Docteur Brian Fallon, psychiatre à l’Institut de psychiatrie de l’Etat de New-York et à l’Université Columbia, dans un communiqué.

Les chercheurs ont constaté une augmentation des risques de troubles mentaux et des tentatives de suicide chez les personnes atteintes de la maladie de Lyme. Ils ont également observé que le risque de troubles dits “affectifs” tels que la dépression ou les troubles bipolaires était 42 % plus élevé chez les patients touchés par cette pathologie par rapport aux personnes non diagnostiquées.

Maladie de Lyme et santé mentale : un appel aux professionnels de santé

Le Docteur Michael Benrons, un des auteurs de l’étude, a cependant nuancé les résultats de la recherche en expliquant qu’une grande majorité des patients ne développent pas de troubles mentaux aiguës. Au cours de l’étude, 7 % des 13.000 personnes diagnostiquées avec la maladie de Lyme ont été suivies pour des troubles psychiatriques. “Dans les cas graves, les personnes atteintes de la maladie de Lyme à un stade avancé peuvent présenter des troubles de la concentration, une irritabilité, des troubles de la mémoire et du sommeil, ainsi qu’un dysfonctionnement nerveux douloureux”, peut-on lire dans le communiqué.

“Cette étude confirme l’association entre la maladie de Lyme et les troubles psychiatriques (…) Les cliniciens traitants et les patients doivent être conscients d’un risque accru de problèmes de santé mentale, en particulier au cours de la première année après une infection grave par la maladie de Lyme”, a souligné le Docteur Michael Benrons.

Source : l’American Journal of Psychiatry

Source: Lire L’Article Complet