Meurtre de Justine Vayrac : Lucas L., un suspect au "sang-froid étonnant" dont la personnalité se précise

Disparue depuis le dimanche 23 octobre 2022 vers 4 heures du matin, après une sortie en boîte de nuit dans la commune de Brive-la-Gaillarde (Corrèze), où elle résidait, Justine Vayrac, étudiante de 20 ans, a été retrouvée morte le 27 octobre, dans un secteur boisé de Beynat (Corrèze).

Dernière personne aperçue en compagnie de la victime, près de la discothèque, Lucas L., qui a avoué avoir tué et enterré la jeune femme lors de sa garde à vue, a été mis en examen pour « viol, séquestration et meurtre ».

Ce 2 novembre 2022, une source proche de l’enquête a livré à France Info quelques éléments quant à la personnalité de cet ouvrier agricole de 21 ans au « sang-froid étonnant », selon ses mots.

Un message à Justine Vayrac après l’avoir tuée

D’après les informations de la radio publique, Lucas L. aurait rapidement travaillé son alibi après le meurtre de la jeune mère. Quelques heures après avoir dissimulé son corps, il lui aurait écrit un message privé sur Instagram, l' »informant » que ses proches et lui-même s’inquiètent pour elle.

Le suspect aurait également menti à l’un des amis de Justine, lui affirmant que celle-ci était partie de la soirée avec un autre garçon que lui.

Après s’être débarrassé du corps avec un engin agricole, puis avoir nettoyé sa chambre et sa voiture, comme l’indiquent les premiers éléments de l’enquête, Lucas L. a conduit à son domicile une autre jeune femme. Et quand celle-ci s’est étonnée d’entendre un téléphone – celui de la victime que ses proches étaient en train de rechercher – sonner, l’ouvrier lui a rétorqué qu’il s’agissait de son portable professionnel. 

Les mensonges de Lucas L.

Le reste de son dimanche, l’homme de 21 ans aurait déjeuné en famille et se serait rendu à un match de foot de son club, comme si de rien n’était.

France Info révèle aussi que le suspect principal, par ailleurs placé sous contrôle judiciaire pour l’incendie du hangar agricole de son ancien employeur déclenché deux ans auparavant, fut interrogé à deux reprises par les policiers comme un simple témoin de cette « disparition inquiétante », dimanche 23 et lundi 24 octobre.

Durant l’interrogatoire face aux enquêteurs de la police judiciaire, le jeune homme, qui a aussi avoué un viol avant de se rétracter, aurait alterné entre une « extrême froideur » et des « moments d’accablement », selon la source proche du dossier de France Info.

Une expertise psychiatrique va être pratiquée sur le suspect. Actuellement placé en détention provisoire, Lucas L. encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Le 28 octobre dernier, Rose Lamy, créatrice du compte Préparez-vous pour la bagarre et autrice de Défaire le discours sexiste dans les médias (JC Lattès) s’est insurgée du traitement médiatique de cette affaire et des descriptions du principal suspect, tantôt qualifié d' »enfant du village », de « garçon équilibré » en apparence, serviable et issue d’une famille gentille, selon des témoignages, ou encore, « en état de sidération » après son acte.

Sur Twitter, Rose Lamy déplore : « On s’inquiète moins de l’état de sidération des victimes de violences sexistes que de celui des hommes violents ». 

Source: Lire L’Article Complet