Perquisition au ministère de la Justice : Éric Dupond-Moretti soupçonné de conflits d’intérêts, on vous explique

Une perquisition dans le cadre de deux affaires dans lesquelles le ministre de la Justice, ancien avocat, est pointé du doigt.

À la place Vendôme, c’est l’agitation au sein du ministère de la Justice… Depuis ce matin, dans le cadre d’une enquête ouverte sur des soupçons de prise illégale d’intérêt concernant le ministre de la Justice, une perquisition est effectuée. Depuis 9h, les gendarmes de la section de recherche de Paris tentent de mettre en lumière certains éléments pour alimenter l’enquête ouverte en janvier à la Cour de justice de la République, après la plainte de trois syndicats de magistrats et de l’association Anticor. Ils accusent Éric Dupond-Moretti de conflits d’intérêts entre ses anciennes fonctions d’avocat et son poste de ministre de la Justice. De quoi est-il accusé concrètement ?

???? INFO LE PARISIEN | Une perquisition en cours au ministère de la Justice dans le cadre d’une enquête ouverte sur des soupçons de conflits d’intérêt concernant Eric Dupond-Moretti➡️ https://t.co/bgmn2FjDSm pic.twitter.com/2Bto4b6bwt

À l’origine de cette perquisition, deux affaires. La première, celle des “fadettes” où, lorsqu’il était encore avocat, Eric Dupond-Moretti s’était indigné contre les pratiques du parquet national financier visant l’avocat Thierry Herzog dans l’affaire “Bismuth”, qui mettait en cause Nicolas Sarkozy. À cette époque, les magistrats avaient récupéré les relevés téléphoniques de proches d’Herzog, et notamment ceux d’Eric Dupond-Moretti. Par la suite, l’ancien avocat avait demandé l’ouverture d’une enquête, un acte considéré comme “conflits d’intérêts” par les plaignants. À cette affaire s’ajoute celle du juge Levrault… À peine nommé garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti avait lancé une procédure administrative contre le juge d’instruction à Monaco, Édouard Levrault. La raison ? Ses méthodes de “cow-boy” dans une affaire de corruption concernant un policier que l’ancien avocat défendait. D’ailleurs, l’arrivée d’Éric Dupond-Moretti au gouvernement, il y a un an, avait déjà fait polémique…

Source: Lire L’Article Complet