Pour « Eurovision France », Juliette Moraine « assume » son côté variété

  • Huit artistes solo, trois duos et un trio sont en lice pour Eurovision France, c’est vous qui décidez !, la sélection française pour l’Eurovision qui sera diffusée le 30 janvier sur France 2.
  • Juliette Moraine est en lice avec la chanson Pourvu qu’on m’aime.
  • « J’ai grandi en écoutant du Goldman, du Cabrel, du Patrick Fiori, etc. Je pense qu’on y retrouve ces influences d’une variété française que j’apprécie et qui, je le sais, peut paraître un peu has been. Mais j’assume ce côté-là », explique-t-elle à 20 Minutes.

Cette année, douze chansons peuvent espérer représenter la France à l’Eurovision en mai. Mais il n’y aura qu’une élue. Elles seront départagées le 30 janvier au soir, sur France 2, dans le cadre d’Eurovision France, c’est vous qui décidez ! présentée par Stéphane Bern et Laurence Boccolini.

D’ici là, 20 Minutes vous propose de découvrir chaque jour les artistes qui, en solo, en duo ou en trio, sont engagés dans la compétition. Juliette Moraine, 30 ans, a l’habitude de chanter au sein des troupes de comédies musicales, mais c’est en solo qu’elle défendra sa chanson, Pourvu qu’on m’aime.

Comment êtes-vous venue à la musique ?

J’ai commencé assez jeune, au collège. Dès que j’ai eu mon bac, je suis partie aux Etats-Unis où je me suis retrouvée dans un lycée un peu à la Glee ou à la Un Dos Tres. J’ai eu l’occasion de pouvoir monter des comédies musicales comme Le Fantôme de l’Opéra. J’ai plus tard, en France, été engagée sur The Full Monty, qui a été ma première comédie musicale professionnelle. Là, cela fait cinq ans que je suis la nourrice dans Roméo et Juliette. On fait des tournées en Russie et en Asie.

En quoi « Pourvu qu’on m’aime » serait-elle une bonne représentante de la France à l’Eurovision ?

Ce qui en fait la force, c’est que je ne l’ai pas écrite spécifiquement pour l’Eurovision. Je n’ai pas cherché à ce qu’elle entre dans des cases. Je l’ai écrite telle que je l’imaginais, comme je suis, avec ce que je suis. J’ai grandi en écoutant du Goldman, du Cabrel, du Patrick Fiori, etc. Je pense qu’on y retrouve ces influences d’une variété française que j’apprécie et qui, je le sais, peut paraître un peu has been. Mais j’assume ce côté-là. Cela fait aussi partie de notre patrimoine musical.

Si je vous dis « Eurovision », à quelle chanson ou artiste pensez-vous spontanément ?

Je n’étais pas née mais c’est Céline Dion avec Ne partez pas sans moi [en 1988] à laquelle je pense. Je trouve la chanson très kitsch, mais je l’adore, je me roule dedans, j’adore la chanter. Elle portait aussi un tailleur à la fois fabuleux et horrible, elle a osé le mettre et je trouve ça cool.

En parlant de scénographie et de choix vestimentaires, à quoi peut-on s’attendre avec votre prestation dans « Eurovision France » ?

Je vais faire un grand écart au milieu de la chanson (rires). Je vais rester simple et sobre. La chanson parle d’elle-même, elle est assez grandiloquente et vocale, donc on va faire quelque chose d’épuré et élégant. Peut-être que, parce que j’ai une grosse voix, les gens s’imaginent que je suis une diva et je ne veux pas ça. Je suis simple, je parle de choses qui sont simples et qui me touchent. Pour ma tenue, j’ai décidé de ne pas aller dans quelque chose de trop attendu.

En dehors de votre participation à « Eurovision France », avez-vous d’autres projets ?

Pourvu qu’on m’aime est le premier titre de mon album qui va sortir très prochainement. J’ai hâte de le faire écouter à tout le monde, il s’appelle Jusqu’à toi. Après, j’aimerais bien repartir sur Roméo et Juliette. J’ai envie de tout faire, de la comédie musicale, de défendre mon album, de faire du cinéma aussi. Je ne veux pas être dans une seule boîte.

Source: Lire L’Article Complet