Pourquoi des candidates ont lancé le hashtag #BoycottLesAnges ?

  • Le 15 avril, Angèle Salentino et trois autres candidates de l’émission « Les Vacances des Anges », ont déclaré, lors d’un live Instagram, avoir subi un « acharnement » de la part de certains candidats et de l’équipe de production du progamme.
  • Depuis ce live, le hashtag #BoycottlesAnges a été lancé sur les réseaux sociaux.
  • Sarah Fraisou, mise en cause, a réagi aux accusations et présenté des excuses. La production, contactée par 20 Minutes, n’a pour l’heure pas donné suite.

Nouvelle polémique pour Les Vacances des Anges 4. Après avoir vu son tournage interrompu en janvier après l’exclusion de
deux candidats suite à une
bagarre sur l’Île de la Réunion, l’émission de téléréalité de NRJ12 est de nouveau en plein bad buzz suite à des accusations de harcèlement proférées par plusieurs participantes.

Tout est parti d’un live Instagram. Le 15 avril, Angèle Salentino et Rawell Saiidii candidates de la saison actuellement diffusée des Vacances des Anges échangent en direct avec Céline Morel et Nathanya Sion, deux participantes de la précédente saison. Les quatre jeunes femmes se confient sur leurs expériences respectives au sein de l’émission et en viennent rapidement à aborder « l’acharnement » qu’elles auraient subi de la part de certains candidats pendant leur aventure.

« C’est la signature des “Anges” »

Toutes dénoncent un système de harcèlement où les nouvelles protagonistes seraient prises pour cibles par des anciens tels que Sarah Fraisou ou Raphaël Pépin. Un « mécanisme récurrent » qui serait, selon les jeunes femmes, encouragé par la production de l’émission de téléréalité saison après saison. « J’ai l’impression que c’est la signature des “Anges”, le harcèlement. Chaque année tout est mis en place, autant par les candidats que par la prod’, pour qu’il y ait une personne qui subisse de l’acharnement […] parce que ça fait réagir les gens sur les réseaux et ça fait monter les vues », a déclaré Angèle Salentino.

Un sentiment partagé par Nathanya Sion, qui révèle alors avoir également subi des pressions de la part d’autres candidats : « Il y a acharnement dans l’aventure, mais ça va au-delà, ça ne s’arrête jamais. Mettez-vous dans le contexte, je suis une meuf de 19 ans qui n’a jamais fait de téléréalité et j’ai tous les plus gros candidats contre moi. »

Rawell Saiidii, elle, a confié comment la production l’aurait forcée à participer au programme alors qu’elle avait changé d’avis : « Ils ont envoyé la police et les pompiers chez moi pour qu’ils cassent la porte en prétextant que j’étais séquestrée », a-t-elle détaillé.

Un hashtag de soutien et des premières réactions

Sur les réseaux sociaux, les quatre candidates ont appelé les internautes à boycotter l’émission, notamment via les hashtags #BoycottlesAnges et
#Boycottnjr12​. Rapidement apparus dans les tendances Twitter – c’est-à-dire les sujets les plus commentés –, ces mots-clés ont permis à de nombreux téléspectateurs habitués de l’émission de manifester leur soutien en relayant
des extraits d’anciens ou d’actuels épisodes du programme censés illustrer certains propos tenus par les participantes du programme.

L’appel au boycott a suscité de nombreuses réactions, notamment de la part de Sarah Fraisou, au cœur de la polémique. Cette dernière, qui apparaît dans l’édition 2021 des Vacances des Anges a tenu à répondre aux critiques des internautes lors d’un live Instagram mais également à adresser un message d’excuse à Angèle Salentino : « Si je t’ai causé du tort ou quoi, je suis désolée, vraiment. Parce que je ne suis vraiment pas aussi mauvaise que tu le penses. Je t’ai pas cherchée, tu le sais maintenant, si nos prises de tête t’ont causé du tort, je suis désolée, je peux pas faire mieux. » Des excuses loin d’avoir convaincu tous les internautes.

Contactée par 20 Minutes, la production de l’émission ne s’est pas exprimée sur l’affaire. Plusieurs candidates des Vacances des Anges 4, dont Angèle Salentino, devaient se rendre sur le plateau de Touche pas à mon poste ce lundi pour éclaircir la polémique.

Source: Lire L’Article Complet