Pyrosis : causes, symptômes et traitements de cette douleur

Le pyrosis est un symptôme du reflux gastro-œsophagien (RGO). On fait le point avec le Dr. Berrebi, gastro-entérologue et hépatologue.

Restez informée

Qu’est-ce qu’un pyrosis ?

Pyrosis : définition. Le pyrosis se définit comme une douleur dorsale, comparable à une  » brûlure  » qui semble  » remonter  » le long du dos. Elle part d’entre les omoplates et remonte jusqu’aux cervicales.

À savoir. «  Le pyrosis constitue un symptôme caractéristique du reflux gastro-œsophagien (RGO)  » note le Dr. William Berrebi, gastro-entérologue et hépatologue.

Reflux gastro-œsophagien (RGO) : qu’est-ce que c’est ? On parle de reflux gastro-œsophagien (ou RGO en abrégé) lorsque, de façon chronique, l’acidité de l’estomac  » remonte  » vers l’œsophage.

 » Notre estomac contient naturellement des substances acides (et notamment de l’acide chlorhydrique) qui participent à la digestion puisqu’elles  » dissolvent  » les aliments : ces substances acides ne sont toutefois pas censées  » remonter  » le tube digestif et arriver dans l’œsophage  » explique le Dr. William Berrebi. Le reflux gastro-œsophagien survient donc lorsque la  » barrière anti-reflux  » (qui est censée empêcher la remontée des substances acides en direction de la bouche) dysfonctionne.

Attention ! «  Il ne faut pas confondre le pyrosis (qui est une douleur dorsale ascendante, donc) avec les régurgitations acides qui constituent un autre symptôme du reflux gastro-œsophagien (RGO)  » souligne le gastro-entérologue.

Pyrosis : quels sont les symptômes et les facteurs favorisants ?

Symptômes. On l’a dit : le pyrosis se caractérise par une douleur dorsale ascendante, qui remonte des omoplates jusqu’aux cervicales, et qui fait penser à une  » brûlure « . En parallèle de cette douleur, on peut observer d’autres symptômes du reflux gastro-œsophagien (RGO), en particulier après les repas :

  • Une dysphagie, c’est-à-dire une sensation de gêne ou de difficulté lorsqu’on avale de l’eau ou des aliments,
  • Une douleur à la gorge (qui peut faire penser à une angine),
  • Une mauvaise haleine persistante (on parle d’halitose),
  • Une toux sèche persistante (surtout le soir et/ou en position allongée)…

Facteurs favorisants. Les facteurs favorisants du pyrosis (et donc : du reflux gastro-œsophagien) sont aujourd’hui bien connus : il s’agit de l’obésité (avec un indice de masse corporelle ou IMC supérieur à 30), de la consommation excessive d’alcool, du tabagisme, de la consommation excessive de café, ou encore des mauvaises habitudes alimentaires (avec une alimentation trop grasse et/ou trop épicée).

La grossesse, la constipation ou encore (dans certains cas) la présence d’une hernie discale sont aussi des facteurs de risque.  » Le fait de se pencher en avant ou de s’allonger après le repas constitue un facteur déclenchant du pyrosis  » remarque le Dr. William Berrebi.

Pyrosis : quels sont les examens médicaux et quels sont les traitements ?

À savoir. En cas de reflux gastro-œsophagien (RGO) très sévère et/ou lorsque le patient est âgé et qu’il présente des facteurs de risque (obésité, tabagisme…), le médecin gastro-entérologue pourra procéder à une endoscopie gastrique – en langage médical, on parle aussi d’endoscopie oesogastroduodénale.  » En effet, il y a un risque d’endobrachyœsophage (EBO) : ce changement cellulaire au niveau de l’œsophage accroît le risque de cancer de l’œsophage, ce qui nécessite une surveillance médicale particulière  » précise le Dr. William Berrebi.

Traitements. À la maison, en l’absence de traitement, il existe un bon réflexe SOS pour apaiser un pyrosis et (de façon plus large) les symptômes d’un reflux gastro-œsophagien : «  il s’agit de boire un verre de lait : ce liquide naturellement alcalin va neutraliser l’acidité qui agresse la muqueuse de l’œsophage  » souligne le gastro-entérologue.

«  En auto-médication, après consultation du médecin, on peut prendre de l’argile (verte ou blanche) par voie orale ou encore de l’alginate (Gaviscon®) : attention, ce dernier doit être pris après le repas pour empêcher le reflux gastro-œsophagien.  » Sur prescription, il peut être question de médicaments anti-acide, voire d’inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) à prendre le matin pour réduire la sécrétion acide gastrique.

Merci au Dr. William Berrebi, gastro-entérologue et hépatologue, auteur du podcast Merci Docteur !

Source: Lire L’Article Complet