Rappel de produits : des millions de masques FFP2 potentiellement dangereux retirés

16,9 millions. C’est le nombre de masques FPP2 rappelés par Santé publique France. En cause ? La présence de graphène, une substance potentiellement dangereuse pour la santé. Elle est susceptible de provoquer des difficultés respiratoires en cas d’inhalation.

Restez informée

Pour limiter la propagation du coronavirus, les masques de protection sont indispensables. Il en existe plusieurs types, parmi lesquels on retrouve les masques FFP2, portés par les personnels soignants. Bien qu’ils soient efficaces contre les virus, certains d’entre eux contiennent du graphène, une substance potentiellement toxique. Des millions de masques FFP2 ont ainsi été rappelés par Santé publique France.

Dans une note publiée fin mai sur le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), Santé publique France demande aux structures destinataires de masques labellisés “Biomass Graphène” de ne plus les utiliser, “dans l’attente de l’évaluation de l’éventuel risque lié à la présence de graphène”. Le graphène est un nanomatériau de petite taille, résistant, léger et imperméable. Il est utilisé dans certains masques FFP2 car il a des propriétés antivirales et antibactériennes. En cas d’inhalation, cette substance peut être à l’origine de difficultés respiratoires.

Graphène : 16,9 millions de masque distribués aux hôpitaux français

Ces masques FFP2, fabriqués en Chine par Shandong Shengquan New Materials, ont été distribués dans des hôpitaux français. Un courrier de l’Agence régionale de Santé (ARS) d’Ile-de-France transmis établissements de santé que Mediapart a pu consulter révèle qu’“à ce stade, il a été identifié 60,5 millions de masques FFP2 dotés d’un marquage CE pouvant potentiellement contenir du graphène dont 16,9 millions ont d’ores et déjà été distribués en 2020”.

Les références des modèles en question sont les suivantes : SNN200647, SNN70369B et SNN70370B. L’ARS précise que ces masques ont “principalement été distribués aux établissements de santé, établissements médico-sociaux. Il n’est également pas exclu que des professionnels de santé du secteur ambulatoire aient pu percevoir ces équipements”.

Le graphène est une substance classée parmi les biocides. Or, “l’activité biocide était un critère d’exclusion dans le cahier des charges de SPF”, indique Santé publique France à Mediapart. L’Agence nationale de santé publique reconnaît cependant que “la mention de ‘Biomass Graphène'” apparaissait bien sur ces masques mais indique que celle-ci “aurait pu sans doute nous apparaître plus évidente à SPF et à l’ANSM s’il avait été fait mention d’une revendication d’une activité biocide”.

Autre argument avancé par Santé publique France : la commande de ces masques date d’avril 2020, “au moment des acquisitions massives” et dans un “contexte de pénurie de masques”.

Masques FFP2 et graphène : des ONG avaient déjà lancé l’alerte

En mars dernier, le gouvernement canadien avait rappelé des masques contenant du graphène. Peu de temps après, quatre ONG, le CIEL, l’ETC Group, Health Care Without Harm et Women Engage for a Common Future, avaient lancé l’alerte sur la dangerosité de ce nanomatériau, dans un courrier envoyé aux dirigeants de la Commission européenne et du Parlement.

“L’organisme canadien de réglementation de la santé, Health Canada, a rendu un avis urgent le 2 avril 2021, avertissant que les masques contenant des nanoparticules sont potentiellement toxiques et peuvent présenter un risque pour la santé, en particulier pour la santé pulmonaire, puisque les porteurs peuvent inhaler les particules”, pouvait-on lire dans ce document. Les quatre ONG demandaient ainsi aux dirigeants européens de “prendre des mesures urgentes” pour interdire la vente des masques et plus largement des équipements de protection individuelle contenant du graphène.

A lire aussi :

⋙ Masques FFP2 : combien de temps peut-on les utiliser ?

⋙ Port du masque dès 6 ans : est-ce dangereux pour la santé des enfants ?

⋙ Covid-19 : l’astuce géniale d’une dentiste pour ajuster un masque trop grand

Source: Lire L’Article Complet