Rencontre avec Rihanna en marge du show Savage x Fenty | Vogue Paris

En septembre dernier, Rihanna enflammait New York avec son tout premier show dédié à la lingerie. Pour le second volume, la business woman donnait rendez-vous ce 2 octobre sur Amazon Prime. Tout ce qu’il faut savoir est ici.

Si jamais vous vous posiez la question, le confinement s’est très bien passé pour Rihanna. On a parfois l’impression que la chanteuse, actrice, créatrice de mode et d’une ligne de produits de beauté a fait tout ce qui était humainement possible, mais 2020 lui a permis de relever un nouveau défi : se détendre. “Ce que j’ai le plus apprécié, c’est d’avoir l’esprit au calme”, explique-t-elle sur Zoom depuis Los Angeles. Levée à l’aube pour faire de la promo, Rihanna n’en est pas moins rayonnante en veste noire en cuir et top soutien-gorge en dentelle. Un style glamour/gothique particulièrement chic pour Zoom. Mais qu’importe sa maîtrise des looks pour les appels vidéo, elle préfère parler des avantages de cette pause forcée par la pandémie. "J’ai pu simplement apaiser mon esprit et écouter ce que Dieu et l’univers m’envoyaient."

Son calme est enviable – tout comme son teint glowy, bien visible malgré la pixellisation de l’image sur l’écran – mais ce qui est le plus impressionnant, c’est ce qu’elle a fait pendant ces mois de détente. Après avoir bousculé les convenances avec des événements télé dédiés à la lingerie et revitalisé la Fashion Week de New York avec son premier défilé rediffusé Savage x Fenty l’année dernière, Rihanna était prête à recommencer. Son deuxième show rediffusé (et son troisième défilé de mode) promet de casser Internet dès sa mise en ligne sur Amazon Prime cette semaine – mais assurer ce spectacle au beau milieu d’une crise mondiale n’était pas chose aisée.

© Kevin Mazur

“C’est sûr que le processus a été assez inhabituel”, confirme-t-elle. "On vit une époque imprévisible, remplie d’inconnus, et on essaye simplement de s’adapter puisque toutes nos habitudes ont été bouleversées." Les restrictions imposées en raison de la pandémie de coronavirus ont poussé tous les acteurs de la mode à sortir des sentiers battus pour présenter leurs collections. Le mois de la mode s’est accompagné de courts-métrages, de lookbooks interactifs, et même de marionnettes. Mais Rihanna souhaitait conserver l’excitation d’une expérience live, tout en protégeant les mannequins et son équipe. Avec plusieurs décors, des performances de Travis Scott, Rosalía, et Bad Bunny, et de nombreuses séquences de danse, le show fusionne à merveille l’expérience du concert et celle du défilé. L’organisation du tournage au Los Angeles Convention Centre a nécessité des mois de travail pour rassembler toute une série de performers internationaux.

En temps normal, Rihanna aurait géré elle-même chaque étape du processus, mais avec la Covid- 19, c’était impossible. "Je veux toucher à tout physiquement, et maintenant tout est envoyé par e-mail, photos, et vidéos, donc c’est différent", explique-t-elle au sujet du passage forcé au numérique. "C’est un peu énervant pour quelqu’un comme moi qui aime tout contrôler !"

© Kevin Mazur

Contrairement à l’année précédente où l’organisation de l’événement s’était faite en personne, toute la pré-production s’est déroulée cette fois-ci via Zoom et FaceTime. “Qu’il s’agisse de répétitions ou de réunions pour les créatifs, les danseuses, et les mannequins, tout a dû être fait virtuellement”, poursuit-elle. “On voulait surtout s’assurer que tout le monde reste en bonne santé. Avec la pandémie mondiale, c’est dur, mais on est des durs à cuire, on relève les défis !”

L’autre défi qu’elle a relevé, c’est celui de changer sa routine quotidienne, et d’accepter pleinement les bienfaits du travail à la maison. Entre la Californie et Mexico, Rihanna décrit son confinement : “Je flâne, je traîne, et j’adore ça”. Bien entendu, sa version d’une journée de paresse reste terriblement productive. En 2020, elle a élargi sa ligne de skincare, lancé la première collaboration de sa marque pour des chaussures, et annoncé la sortie de son neuvième album studio très attendu. Un programme bien rempli, même depuis le confort de son salon. Comme on pouvait s’y attendre, c’est en Savage x Fenty qu’elle se prélasse, mais aussi dans des pièces plus décontractées : “Le peignoir est mon nouvel uniforme”, confie-t-elle en riant. “C’est confortable, souple, et simple. On peut en porter des fins, des épais, pourquoi porter autre chose ? Je suis à la maison, sans maquillage, sans perruque. Je me détends et je fais ce que j’ai à faire. Evidemment, j’enfile des vêtements de temps en temps quand j’ai une réunion sur Zoom.”

Quand elle n’était pas emmitouflée dans son peignoir, Rihanna enfilait bien sûr les pièces plus sexy de Savage x Fenty. Sur Instagram, elle poste régulièrement les nouveautés de la marque, en posant par exemple sur son balcon en sous-vêtements transparents et collier émeraude. Loin d’être forcés, ces selfies projettent une sensualité naturelle et sans effort. 

© Kevin Mazur

Cette aisance qu’elle instille dans ces images reflète ce qu’elle souhaite que toutes les femmes ressentent en portant ses créations. Auparavant, le marketing pour la lingerie misait tout sur des fantasmes irréalistes – mais la vision de Rihanna, c’est que tout le monde se sente désirable. “Nous voulons toujours inclure des femmes qui ne se sentent pas sexy par rapport aux attentes et aux diktats de la société”, explique-t-elle. “Nous voulons qu’elles ressentent [la marque] comme un espace sécurisé, un lieu où on les comprend, où on ne fait qu’un avec elles.” Dans cette optique, elle a fait la part belle à la diversité pour le défilé Savage de cette année, et a notamment recruté Lizzo, chanteuse superstar du mouvement body positive, et l’actrice Demi Moore, aujourd’hui âgée de 57 ans. “Il est toujours question d’inclusivité”, précise-t-elle. “[Les mannequins choisis] sont ceux qui me donnent ce que je veux ressentir. Je me moque de leur taille, de leur silhouette, ou de leur couleur de peau ; j’inclus et j’accepte tout type de femmes."

Pour les innombrables fans de Savage x Fenty attirés par la marque pour son inclusivité et ses créations audacieuses, l’événement ne risque pas de les décevoir. Entre musique, danse, et sex- appeal assumé, le show arrive à point nommé pour nous remonter un peu le moral. Le boost que l’on ressent des petits plaisirs comme regarder un bon défilé de mode sur son ordinateur portable ou porter de la lingerie osée n’a pas échappé à la fondatrice de Savage. Aussi difficile que soit 2020, cette année aura été pour elle remplie de créativité et de joie – une chance dont elle a conscience et qu’elle tient à partager. “Je fais attention à ce qui me rend heureuse, j’apprécie les petites choses de la vie, et j’en profite maintenant que j’ai le temps. Trouver la paix et la joie a été très inspirant ; tout coule naturellement de cet état.”

Retrouvez l'article original sur vogue.com

Plus de mode et toute l'actualité de Rihanna sur Vogue.fr
Ce gloss Fenty Beauty se vend toutes les 12 secondes à travers le monde
Rihanna lance des playlists Fenty pour nous accompagner tout l’été

Plus de Vogue sur Youtube

https://youtube.com/watch?v=ZR8pLIxhjak%3Fembed_config%3D%257B%2522adsConfig%2522%253A%257B%2522adTagParameters%2522%253A%257B%2522iu%2522%253A%2522%252F5574%252Ffr-vogue-cp%252Fmode%252Fen-vogue%252Farticle%252FYoutube-PFP%2522%252C%2522cust_params%2522%253A%2522cms%253Dcopilot%2526site-name%253DVogue%2526market-name%253Dfrance%2526page-url%253Dhttps%253A%252F%252Fwww.vogue.fr%252Fmode%252Farticle%252Frihanna-savage-fenty-2020-interview%2526page-template%253Darticle%2526article-id%253D5f77388a89fc71a507236304%2526gallery-embeds%253Dno%2526content-type%253Dstandard%2526article-tag%253DRihanna%252CVogue%2520Digital%2526experience%253Dcompass%2526category%253Dmode%2526subcategory%253Den-vogue%2526video-embeds%253Dyes%2526ceros-embed%253Dno%2526platform%253Dweb%2526feature-flags%253Da2a-false%252CageGate-false%252CampNativeAds-false%252CarticleEmbedExternalLinks-false%252CarticleEmbedInlineArticles-true%252CarticleEmbedInlineGalleries-false%252CarticlePopInTag-false%252CatjsonArticleBody-false%252CautoplayYouTubeVideosOnVideoPage-false%252CcategorySubNavigation-false%252Cdinosaur-false%252CdisplayMoreArticles-false%252CdynamicAffiliateDisclaimer-false%252CdynamicAffiliateDisclaimerTop-true%252CfastAdsV6-false%252CgalleryStickyBottomAd-false%252CglobalAnalytics-false%252CgwaArticle-false%252ChideCerosEmbed-false%252CimageOverlay-false%252CimageOverlayAppendOrientation-false%252CjsonToObject-false%252ClogoVariation-%252CnativeShareLargeButtonOnTopper-true%252Cnewsletter-false%252ColdBrowserWarning-false%252CrecommendChangePopInTag-false%252CrefreshAds-false%252CregistrationWall-false%252CrelatedContentRecommendations-true%252CseoMetaRobots-true%252CslimNavigation-true%252CstickyBottomArticleAd-true%252CstickyBottomHomepageAd-false%252CstickyBottomTopicAd-false%252CstickyHeader-false%252CteadsNativeFallback-false%252CtopicNativeSlice-false%252CuserAccountNav-false%252CyieldToAds-false%252ConeTrust-true%252Csentry-true%252CshowAdsInGalleryBody-false%252CalwaysOnControlFlag-false%252CarticlePopInTag2-false%252CcerosRecommendations-false%252CtestMultivariant-A%2526kvid%253DZR8pLIxhjak%2526video-embed-index%253D1%2522%257D%252C%2522nonPersonalizedAd%2522%253Afalse%257D%257D
Source: Lire L’Article Complet