S'emmerder, c'est moins grave…

« Tu m’emmerdes », c’est assez classique. Si quelqu’un décide d’emmerder un autre, cet autre dira : « tu m’emmerdes ». Mais utiliser ce verbe à la voix passive, n’est pas exactement la même chose que l’employer sous une forme pronominale – « on s’emmerde, je m’emmerde », comme dans cette chanson de rock’n’roll passéiste de Mustang en 2009 qui emploie les deux formes.  

Dans le second épisode de Ces chansons qui font l’actu diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

Mustang, Je m’emmerde, 2009

Pierre Louki, Allô viens je m’emmerde, 1991

Georges Brassens, Misogynie à part, 1969

Louis Chedid, Chanson pour une emmerdeuse, 1981

Kaolin, Tu m’emmerdes, 2010

La Position du Tireur Couché, Ce que l’on peut s’emmerder, 2005

Les Ogres de Barback, Vous m’emmerdez, 2014

Vous pouvez également suivre l’actualité de cette chronique sur Twitter.

Souvenez-vous : pendant l’été 2019, La Playlist de Françoise Hardy a été une traversée du bagage musical d’une autrice, compositrice et interprète considérée comme l’arbitre des élégances de la pop en France.

En juillet et août 2017, nous avions passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chansonexploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson françaisecoédité par Plon et franceinfo. 

Source: Lire L’Article Complet