Sexe après 50 ans : que dit de vous votre position préférée ?

En matière de sexualité, certaines préfèrent être allongées ou assises, debout ou couchées, dessus ou dessous, de face ou de dos… Toutes les positions sont dans la nature ! Mais qu’est-ce qui fait qu’on apprécie certaines plutôt que d’autres ?

Restez informée

Avec l’âge, on apprend à savoir ce qui nous plaît ou pas au lit. On finit par connaître les pratiques qui nous laissent de marbre et celles qui nous conduisent à l’extase, celles qui nous gênent et celles dans lesquelles on se glisse avec aisance. Physiologiques ou psychologiques, les raisons de nos préférences sont multiples. Certaines positions nous excitent, d’autres nous ennuient ; certaines nous conduisent à l’orgasme, d’autres nous font mal ; certaines nous transportent, d’autres nous dégoûtent… Missionnaire, levrette ou cowgirl : qu’est-ce qui fait que l’on préfère l’une ou l’autre de ces figures incontournables du Kamasutra ?

La missionnaire : la plus intime

Elle a la réputation d’être routinière, mais elle n’en est pas moins celle qui permet le plus de contact physique et de proximité émotionnelle.

Côté physio : vous êtes allongée sur le dos, votre partenaire est couché sur vous, en appui sur ses avant-bras pour ne pas vous écraser. Tandis que monsieur impose le rythme par des coups de bassin, vous cherchez à obtenir la meilleure stimulation génitale en bougeant votre bassin, votre pubis et vos jambes. Parce qu’elle ne demande pas une grande dépense physique, elle vous permet de vous concentrer sur l’essentiel : la montée de l’orgasme ou… vos soucis avec votre banquier !

Côté psycho : c’est sans conteste la position qui permet le plus d’intimité. On est dans les bras l’un de l’autre, l’un contre l’autre, le regard tourné vers l’autre. On peut s’embrasser tendrement, goulûment, sauvagement ! Privilégier cette posture plutôt qu’une autre montre que vous êtes avant tout une amoureuse. Sexe et sentiments sont pour vous inextricablement liés. Faire l’amour, c’est partager avec l’autre le plaisir en se regardant droit dans les yeux et si possible connaître l’orgasme simultanément.

La cowgirl : la plus culottée

C’est la position féministe par excellence : elle demande confiance en soi et prise de pouvoir.

Côté physio : vous êtes assise sur votre partenaire qui est couché sur le dos. Agenouillée sur lui, une jambe de chaque côté de son bassin, c’est vous qui initiez le rythme des ébats. Vous menez la danse : vous pouvez ralentir et accélérer comme vous le désirez. Par ailleurs, cette posture permet à la femme de pouvoir se caresser librement le clitoris tout en étant pénétrée. Le plaisir est décuplé…

Côté psycho : apprécier cette position montre que vous êtes à l’aise avec votre corps : en effet, elle ne dissimule rien de vos formes. Votre partenaire a tout loisir de regarder vos seins, vos épaules, votre ventre, vos cuisses aller et venir. Ce n’est pas un hasard d’ailleurs si la cowgirl est favorisée par les films hollywoodiens : elle permet de montrer le corps de la femme sous tous les angles… Elle demande ainsi une bonne confiance en soi, tant au niveau physique que psychique : assise sur votre partenaire, vous prenez le contrôle du rapport sexuel, vous fiant à votre propre ressenti. Vous avez la main sur votre plaisir et celui de votre partenaire. Bref, vous faites l’amour plutôt qu’on vous ne le fait…

La levrette : la plus transgressive

C’est la position la plus archaïque et animale qui soit, mais elle permet néanmoins d’explorer ses fantasmes…

Côté physio : vous êtes à quatre pattes, prenant appui sur vos mains ou vos avant-bras. Votre partenaire est derrière vous, à genoux. Il vous tient par les hanches ou les fesses. Évidemment, cette position a une forte connotation animale, c’est celle des mammifères… Elle est très excitante pour les hommes à qui elles donnent une impression de puissance et qui ont une vue imprenable sur le postérieur de leur partenaire. Mais elle est également très intéressante du point de vue physiologique pour les femmes : l’angle de pénétration permet de stimuler le célèbre point G.

Côté pyscho : paradoxalement, privilégier cette position n’est pas forcément un signe de soumission. Cela peut même s’avérer au contraire une forme de prise de liberté. Sans doute parce que la levrette permet de jouer avec nos fantasmes et de transgresser les tabous. Le fait d’échapper au regard de l’homme permet de se concentrer sur ses propres émotions, physiques comme psychiques : on est à même d’explorer les nuances de gris qui colorent notre subconscient. Celles qui affectionnent cette posture pour ce qu’elle leur apporte et non pour faire plaisir à leur partenaire envisagent la sexualité comme une aventure dans laquelle la morale n’a rien à voir…

A lire aussi :

⋙ Sexo : 50 ans, et enfin au clair avec son désir !

⋙ Sexo : avoir des tabous après 60 ans, c’est normal ?

⋙ Sexualité après 60 ans : pourquoi c’est mieux !

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet