Suicide Squad Kill the Justice League réussira-t-il là où Marvel's Avengers a échoué ?

Marvel’s Avengers a misérablement échoué malgré une grosse base (comme le succès du MCU). Et Suicide Squad Kill the Justice League pourrait réussir là où son concurrent a loupé le coche.

Personne n’ira dire le contraire. Marvel’s Avengers, c’est un immense raté. Même Square Enix l’admet et malgré de nombreux ajouts, comme la présence de Spider-Man, les joueurs ne semblent pas au rendez-vous. Pourtant, Crystal Dynamics persiste et signe mais rien à faire. La structure de Marvel’s Avengers déplaît : un jeu générique, pas très intéressant malgré sa campagne un peu sympathique, répétitif, etc. Suicide Squad Kill the Justice League adopte également ce gameplay coopératif en mettant en scène une petite équipe venue des comics. Mais contrairement à son confrère de Marvel, le jeu DC Comics a bien plus de potentiel pour être une superbe expérience !

Metropolis, lieu emblématique de DC Comics

Marvel’s Avengers a un énorme problème. Si les lieux diffèrent au début de la campagne, pour le reste et notamment le mode en ligne, toutes les cartes se ressemblent. On nous parle constamment d’endroits aux noms vagues, le nord-ouest, etc. C’est simple : il n’y a pas d’identité et même New York n’a aucune variété. Les objectifs apparaissent répétitifs et finissent d’achever un titre peu palpitant. Suicide Squad Kill the Justice League opte pour une localisation plus centralisée et ciblée sur Metropolis. Un cadre déjà iconique pour les joueurs, la patrie de Superman.

On trouve des bâtiments faisant directement écho à l’univers de DC Comics. Sans oublier que Rocksteady a déjà prouvé qu’il sait concevoir des villes attrayantes comme l’atteste la franchise Batman : Arkham.

Une meilleure dynamique à attendre

Kamala Khan fait office de personnage central de Marvel’s Avengers et, dans l’ensemble, est bien écrit. Mais ce n’est pas forcément le cas de tous les super-héros. Au lieu qu’ils se rassemblent et interagissent, le moment narratif de chaque membre de l’équipe devient une enquête secondaire ou une simple conversation. Une narration répartie sur plusieurs objectifs annexes. Suicide Squad Kill the Justice League semble miser d’avantage sur la dynamique de la Task Force X. Les trailers dévoilés pour le jeu montrent un certain fonctionnement avec de possibles moments de conflits.

Après tout, on parle de vilains condamnés pour des crimes graves. Des psychopathes en puissance pour certains comme Harley Quinn. La synergie semble bien plus présente que dans Marvel’s Avengers !

Des boss plus intéressants

L’un des problèmes de Marvel’s Avengers, c’est l’absence de boss marquants. Les seuls sur la route du joueur dans la quête principale, comme Monica Rappaccini, MODOK ou Abomination, font figure de simple objectif secondaire. Sans oublier qu’il faut gérer ces adversaires en solo. Rien de bien folichon et un acte manqué pour le titre lorsque l’on connaît l’immense bestiaire de chez Marvel. A ce niveau, Rocksteady régalait déjà avec Batman : Arkham et il semble que Suicide Squad Kill the Justice League ne semble pas échapper à la règle. C’est simple : la Task Force X doit affronter des ennemis majeurs, Brainiac en tête.

On parle évidemment de la Ligue des Justiciers parmi lesquels Flash ou encore Superman. Sur le papier, admettons que le titre donne bien plus envie.

Suicide Squad Kill the Justice League sort en 2022 sur PC, PS5 et Xbox Series X/Series S.

Source: Lire L’Article Complet