Tout savoir sur le rhinocéros blanc

Tandis que la sous-espèce du Sud remonte lentement la pente après un siècle d’efforts de protection, celle du Nord est considérée comme éteinte à l’état sauvage.

Restez informée

Ce gros herbivore africain au corps massif et trapu est mal nommé : on le dit blanc mais il est gris ! La faute à une déformation de son nom, sachant que les colons hollandais l’avaient baptisé wijde (large, en néerlandais), devenu white (blanc) en anglais. Il existe deux sous-espèces de rhinocéros blancs. Celle du Nord ne compte plus que deux femelles et le seul espoir de la sauver réside dans la fécondation in-vitro, la semence du dernier patriarche ayant été conservée. Celle du Sud, elle, revient de loin. Alors qu’il ne restait plus que cent individus au début du XXe siècle, l’espèce n’est plus officiellement menacée !

Le plus gros des rhinocéros

C’est la plus grande des cinq espèces de rhinocéros qui peuplent le globe, un mâle adulte pouvant mesurer jusqu’à quatre mètres de long avec un poids excédant parfois trois tonnes ! Le rhinocéros blanc arrive aussi en deuxième position des animaux terrestres les plus lourds après l’éléphant. Il se distingue encore des autres espèces par une grosse bosse dorsale au niveau des épaules et une lèvre supérieure large et carrée, qui lui permet de brouter facilement.

Sa corne vaut de l’or

Comme le rhinocéros noir et celui de Sumatra, le rhinocéros blanc a deux cornes en kératine, qui poussent tout au long de sa vie. Prisée dans la médecine traditionnelle chinoise, qui lui prête des vertus curatives et aphrodisiaques, la corne de rhinocéros est également vendue à des fins ornementales au Moyen Orient. Négociée plusieurs dizaines de milliers d’euros le kilo, elle fait l’objet de l’un des trafics illégaux les plus juteux au monde.

Des efforts à poursuivre

Près de 80 % de la population totale de rhinocéros blancs (soit environ 20.000), est concentrée en Afrique du Sud, le reste étant principalement réparti entre la Namibie, le Zimbabwe et le Kenya. Poursuivre les actions de protection et la lutte contre le braconnage devrait avoir un impact positif sur le nombre d’animaux. Jusqu’à leur permettre de s’étendre à d’autres territoires, d’autres Etats, en toute sécurité.

A lire aussi :

⋙ Le plein d’émotions en Afrique du Sud

⋙ Extinction des espèces animales, il est urgent de réagir

⋙ Un bébé rhinocéros tente de réveiller sa mère en vain…

Article paru dans le numéro Femme Actuelle Jeux Animo n°8 de juillet-août 2021

Source: Lire L’Article Complet