Travail hybride : quels jours de télétravail choisir ?

Depuis l’adoption d’un nouveau protocole sanitaire au travail allégé début septembre 2021, les entreprises et leurs salariés tentent de s’organiser. Si 98% des salariés sont favorables au télétravail, ils demandent un meilleur encadrement et une meilleure prise en charge : deux pans qui feront l’objet de discussions internes dans chaque entreprise. 

Reste une question à trancher : quels jours de télétravail choisir ? Vaut-il mieux privilégier les jours accolés au week-end ? Opter pour des jours flottants ? 

“Ce serait inconcevable de lister les mêmes jours pour tout le monde, quel que soit le métier, le poste ou l’entreprise. C’est une décision individuelle d’abord, puis collective, au sens où ce choix va avoir une incidence sur la dynamique de l’équipe”, débute Mélissa Pangny, psychologue du travail à Paris. 

Des discussions à plusieurs niveaux de l’entreprise 

L’experte explique que ce choix, et plus généralement, la mise en place du télétravail au sein des entreprises va nécessiter plusieurs discussions importantes.

Bien sûr et avant tout, d’un point de vue global : les services de ressources humaines, en collaboration avec les élus du personnel, vont devoir entériner d’un nombre de jours accordé aux salariés et des conditions préalables pour pouvoir travailler à distance. « Le bon nombre de jours de télétravail dépend de la réalité du métier. Un jour chez soi par semaine pourra déstabiliser une équipe quand quatre journées hebdomadaires se passeront sans problème dans une autre », précise Jean-Christophe Villette, psychologue du travail et des organisations à la tête du cabinet Ekilibre, interrogé par Ouest France.

Vient ensuite les discussions au sein même des équipes : les collaborateurs et les managers doivent s’accorder pour trouver un système de présence qui convienne à tou.te.s, et n’entrave pas la bonne marche de l’organisation : cela va dépendre bien évidemment des tâches à effectuer, des possibles réunions, du besoin des collaborateurs d’échanger ensemble ou avec leur N+1, etc. 

Et si le pan professionnel reste évidemment un impondérable dans le choix des jours de travail à distance, il ne faut pas éluder l’importance du bien-être mental de chaque salarié.e. En effet, si le tout distanciel a montré ses limites, du point de vue notamment du manque d’interactions sociales, le modèle reste un moyen plébiscité par une grande majorité des salariés pour s’organiser au quotidien, et de fait, être moins stressé. 

L’enjeu pour les managers sera alors de trouver un consensus qui ne met pas en péril le bon fonctionnement de l’équipe d’une part, ni le confort psychique acquis ces derniers mois pour les différents salariés. Et de fait, si l’organisation doit-être commune, il faut pouvoir écouter les besoins de chacun des collaborateurs en la matière régulièrement, et faire remonter les observations au service RH si besoin.

Travail hybride : penser sa semaine de travail autrement

La question du choix des jours de télétravail est de surcroit le point de départ d’une plus grande réflexion et réorganisation de notre manière de travailler.“Il va falloir repenser notre manière d’organiser notre semaine : quels jours seront dédiés aux réunions ? Quels jours pourra-t-on le mieux se concentrer ? Quand faut-il prendre mon équipement ? Tout cela peut générer du stress au départ, puisqu’il va falloir adopter un nouveau mode de travail, encore une fois”, explique Mélissa Pangny. 

C’est pourquoi la psychologue du travail conseille d’opter pour des jours fixes dans la semaine, afin de poser un cadre nécessaire à la sérénité de l’esprit. “Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas conserver un minimum de flexibilité ponctuelle malgré tout”, pondère-t-elle. 

Christophe Nguyen, président du cabinet de conseil Empreinte Humaine, interrogé par Ouest France, explique de son côté qu’il faut “éviter d’aller au bureau pour exécuter les mêmes tâches qu’à son domicile. On va plutôt aller dans son entreprise pour vivre des expériences positives de travail, d’échanges, de créativité, des brainstormings. Des moments qui ne nécessitent pas de concentration importante”, liste-t-il, avant de compléter que ces conseils valent d’autant plus pour les juniors et les apprenants, qui ont un grand besoin d’échanger. 

Lundi, mardi… ou vendredi en télétravail ?

Quant à la question des jours de télétravail à fixer côté RH, là encore, on ne peut pas donner de modèle-type. Cela va dépendre des habitudes des équipes, de leurs rituels, de leurs contraintes etc. 

Si l’on peut d’emblée être tenté de choisir de travailler à distance le vendredi et le lundi, pour pouvoir par exemple profiter de logements secondaires, de week-end en province ou pour “recommencer la semaine, plus en douceur”, Mélissa Pangny émet une réserve : “Ce n’est pas forcément le bon conseil à donner à tout le monde. D’une part, on peut inconsciemment se sentir en week-end et être moins efficient ces jours-là. Conséquence : on peut risquer de déporter une partie de sa charge de travail sur le week-end, puisqu’il sera justement coincé au milieu de deux jours de distanciel”. 

Quelques questions à se poser avant de se décider

Concrètement, avant d’entériner ses jours de télétravail avec son entreprise, voici quelques questions pratiques à se poser.

Y-a-t-il des jours où votre domicile est très occupé, voire bruyant ? Si vous partagez votre domicile avec des enfants par exemple, le mercredi peut s’avérer être un jour critique en terme de télétravail. Pensez-vous pouvoir vous concentrer suffisamment ou vaut-il finalement mieux profiter de cette journée pour vous rendre au travail ? 

Avez-vous des rendez-vous personnels récurrents – en dehors de vos heures de travail cela va sans dire – en semaine ? Ces derniers sont-ils proches de votre domicile ? Si oui, n’est-il pas plus pratique de rester travailler chez vous ces jours-là ? Cela vaut pour un cours de yoga à 19h dans votre quartier ou encore, votre cours d’anglais à la mairie. 

À quel moment vos collègues et votre boss ont-il l’habitude de se réunir pour formaliser les objectifs de la semaine ? Tous les mardis ? Il serait peut-être bon de ne pas manquer ce point d’échanges hebdomadaire.

Autre paramètre important, souligné par ailleurs par Mélissa Pangny lors de notre discussion : il faut aussi prendre en compte dans la réflexion, la question du matériel. Si vous devez transporter tout un attirail professionnel de votre domicile au travail, peut-être mieux vaut-il accoler les jours de présence en entreprise pour limiter les trajets “chargés” ?

Une fois tous ces éléments pris en compte, les jours devraient s’imposer d’eux-mêmes. Et si cette nouvelle organisation ne vous satisfait finalement pas, adressez-vous rapidement à votre manager ou aux RH pour trouver un nouveau compromis et rédiger, le cas échéant, un nouvel avenant à votre contrat.

Source: Lire L’Article Complet