Un enfant de 13 ans tue son père d'une balle dans la tête devant sa mère et sa sœur de 7 ans

Le jeune adolescent aurait volé l’arme de collection de son père pour lui tirer une balle dans la tête à bout portant. Un geste qui pourrait lui coûter très cher.

Jeudi 7 octobre, un jeune adolescent de 13 ans a tué son père d’une balle dans la tête à Nancy. Un drame qui se serait produit au cours d’une dispute conjugale entre ses deux parents, tous les deux âgés de 33 ans. Le père, originaire du Kosovo, a été transféré à l’hôpital avant de décéder des suites de ses blessures. Lors de sa garde à vue, la mère de famille a avoué que son fils était l’auteur du coup de feu alors qu’elle avait d’abord donné aux enquêteurs « des explications confuses évoquant une dispute avec son mari et le rôle tenu par l’un de ses fils ». Un aveu confirmé par sa fille de 7 ans « qui avait assisté également à la scène ». Si l’auteur présumé et un de ses frères ont pris la fuite, ils se sont ensuite rendus à la police. On vous donne toutes les infos.

La mère de famille a expliqué aux enquêteurs que tout est parti d’une violente dispute conjugale. https://t.co/QYhVqu9kQr

Selon les premières informations, l’adolescent a pris une arme de collection de son père, qu’il avait cachée dans un buisson. Il aurait ensuite donné un « pistolet à blanc » à son frère de 12 ans afin de « le défendre si la balle ne sortait pas du revolver et si son père s’énervait », a expliqué le procureur, François Pérain. D’après les deux fils et la mère de famille, le père « aurait bu beaucoup d’alcool et aurait été particulièrement agressif à l’égard de son épouse » a précisé le procureur de Nancy qui a souligné qu’aucune trace de violence physique n’a été observée sur la mère. Actuellement incarcéré dans un quartier pour mineurs, le jeune homme risque une lourde peine. « Un parricide est puni par une peine pouvant aller jusqu’à la réclusion criminelle à perpétuité. Mais si on applique l’excuse de minorité, la peine maximum est de 20 ans », a précisé le procureur à nos confrères de France Bleu. Les 4 autres frères et sœurs ont eux été placés provisoirement. Le mois dernier, une 87e femme a été assassinée par son compagnon à Perpignan.

Source: Lire L’Article Complet