Variant marseillais : ce que l'on sait sur cette "mutation majeure" annoncée par le Pr Raoult

“Marseille 4”. C’est le nom d’un nouveau variant du Sars-CoV-2 identifié en juillet dernier par l’IHU Méditerranée Infection, dirigé par le Pr Didier Raoult. Le point sur ce que l’on sait au sujet de cette nouvelle souche.

  • Didier Raoult

Britannique, sud-africain, brésilien… Les variants du virus Sars-CoV-2 continuent de se propager à travers le monde et de questionner la communauté scientifique et la population. De nouveaux variants continuent également d’être identifiés régulièrement. C’est notamment le cas d’une nouvelle souche repérée par l’IHU Méditerranée Infection, dirigé par le Pr Didier Raoult.

Covid-19 : le variant marseillais a été identifié en juillet

“Marseille 4”. C’est le nom de ce nouveau variant de la Covid-19 repéré pour la première fois le 19 juillet dernier, comme le révèle La Provence. Le 28 janvier, le Pr Raoult a publié sur son compte Twitter les données de l’IHU concernant ce variant. Il aurait “provoqué une épidémie qui a débuté en août, remplaçant rapidement d’autres variantes et (serait) toujours en cours”. Au total, l’IHU a recensé 2.106 contaminations par cette souche entre le 1er septembre et le 20 janvier.

Notre premier article portant sur de nouveaux variants a été mis en ligne dès le 7 septembre en preprint sur notre site : https://t.co/mESVeKNuy4
Nous mettons aujourd’hui en ligne nos données concernant le variant Marseille 4 : https://t.co/DED324dy8g pic.twitter.com/KDCqauAbn4

Comme le relaye La Provence, un traçage rétrospectif aurait permis d’identifier un premier cas d’infection à ce variant en mars dernier chez un patient allemand. D’autres cas auraient ensuite été identifiés sur une île des Baléares, dans le sud-ouest de la France, au Danemark, en Amérique du Nord, en Australie, en Asie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique et en Israël.

“Marseille 4” : une variante majeure du Sars-Cov-2

Cette souche du virus aurait plusieurs particularités : elle serait à l’origine d’une fréquence plus élevée d’hypoxémie, qui correspond à la diminution de la quantité d’oxygène transportée dans le sang. Les chercheurs ont également constaté que onze patients touchés par cette variante ont été de nouveau confronté à cette souche quelques mois plus tard, ce qui pose question concernant l’immunité conférée par ce variant.

Autant de raisons qui poussent les chercheurs de l’IHU à lancer l’alerte : tout comme les variants anglais et sud-africain, “le variant marseillais devrait être considéré comme une variante majeure du Sars-Cov-2”, estiment-ils. Faut-il pour autant s’inquiéter de l’efficacité des vaccins sur ce variant ? “Le rôle protecteur des vaccins actuels par rapport à cette variante doit être évalué”, précisent les chercheurs.

A lire aussi :

⋙ Covid-19 : les symptômes du variant anglais sont-ils différents ?

⋙ Variant anglais de la Covid-19 : est-il vraiment plus mortel ?

⋙ Covid-19 : les vaccins sont-ils efficaces contre le variant sud-africain ?

Source: Lire L’Article Complet