Youtube : 1 tiers des vidéos les plus vues présentent une "image dégradante" des femmes

Le rapport de la Fondation des Femmes souligne une augmentation des vidéos qui présentent une image dégradante de la femme. On vous donne toutes les infos.

Une étude de la Fondation des Femmes, qui a passé au crible les 200 vidéos les plus consultées sur YouTube en 2019 et 2020, a révélé des chiffres inquiétants. Selon le rapport, publié par nos confrères de Franceinfo hier, un tiers de ces vidéos présentent une “image dégradante” des femmes. L’étude souligne même une hausse de 44 % de ces contenus en deux ans.“Nous avons recommencé la même étude et nous retrouvons la même situation en pire, aggravée en 2020”, a expliqué Sylvie Pierre-Brossolette, membre de la Fondation des femmes. Dans 68% de ces 200 vidéos, les personnages “demeurent éminemment stéréotypés”, a regretté la fondation dans son rapport. Clips, humour, divertissement… Dans quelles catégories ces contenus sont-ils les plus récurrents ?

(1/7) #YouTube | Selon un rapport "Numérique : le sexisme en liberté" publié ce jeudi par la Fondation des femmes (@Fondationfemmes), un tiers des vidéos les plus vues sur YouTube présentent une image "dégradante" des #femmes. ⤵️

L’étude de la Fondation des Femmes souligne que 74 % de ces contenus sont des clips musicaux puisqu’un sur quatre présente “une ou plusieurs formes de violences à caractère sexiste ou sexuel”. Les 26 % restants ont été observés dans les programmes d’animation (8%), les contenus humoristiques (2%), les tutoriels (3,5%), ainsi que les contenus liés aux jeux vidéo ou aux divertissements. “Il faudrait essayer de réguler l’image des femmes dans le numérique pour ce qui est des images les plus dégradantes”, a expliqué Sylvie Pierre-Brossolette. Selon elle, il faudrait “faire entrer dans le champ de régulation du CSA l’image des femmes sur Internet” et notamment “les propos et images sexistes manifestant un traitement dégradant à raison du sexe ou de l’identité de genre”. Une représentation qui n’aide pas l’égalité homme-femme qui a déjà été retardée par la pandémie.

Source: Lire L’Article Complet